MENU

Utrecht accueille le plus grand parking à vélos du...

5 photographes qui subliment l’architecture

04/02/2020 Comments (0) Views: 85 Architecture

À Porto : Alvaro Siza, l’architecte indiscipliné

Le Musée d’art contemporain de la Fondation Serralves à Porto (Portugal) consacre une rétrospective à son créateur Alvaro Siza. L’occasion de s’immerger dans l’œuvre d’une des plus grandes figures de l’architecture contemporaine.

« Nom : Alvaro Siza. Discipline : Le moins possible. » Cette note manuscrite retrouvée sur l’un des cahiers de croquis de l’architecte constitue le point de départ de l’exposition qui retrace ses 65 ans de carrière. Alvaro Siza est l’une des grandes figures de l’architecture contemporaine. Originaire de Matosinhos au Portugal, il a reçu en 1992 le prix Pritzker – « le Nobel de l’architecture ». Mais les prix, il les collectionne : lauréat du prix Mies van der Rohe en 1988, du Praemium Imperiale en 1998, du Lion d’or à la Biennale d’architecture de Venise en 2002 et du grand prix spécial de l’Urbanisme en 2005, il a reçu le Grand Prix d’Architecture de l’Académie des Beaux-Arts de Paris, en novembre 2019, décerné tous les deux ans et désormais nommé « prix Charles-Abella ».

L’architecte se nourrit des rencontres qu’il fait, des lieux qu’il visite pour imaginer les bâtiments aux lignes épurées qu’il réalise. Le dessin a une place très importante dans le processus de création de ce diplômé de l’École des Beaux-Arts de Porto (1955). Avec Fernando Tavora, dont il a été l’élève, et Carlos Ramos, il est à l’origine du régionalisme critique, un mouvement moderniste qui s’appuie sur l’architecture et les savoir-faire locaux. Pour eux, la modernité n’est en aucun cas synonyme de rupture avec le passé. À 86 ans, Alvaro Siza travaille toujours dans son agence située à Porto, sur les bords du Douro.

  • © Raul Betti
  • © Raul Betti
  • © Raul Betti
  • © Raul Betti
  • © Raul Betti
  • © Raul Betti
  • © Raul Betti

Faire entrer l’extérieur

Une trentaine de projets sont présentés dans « sa » ville, dans le cadre de la Fondation Serralves: de ses premières réalisations dans sa ville natale de Matosinhos, à quelques kilomètres de là, à la tour résidentielle sur la 56e rue à Manhattan, sa seule construction à ce jour aux États-Unis. Ses réalisations peuvent sembler brutes et froides au premier abord, mais toute sa sensibilité et sa poésie se jouent dans le lien qu’il tisse entre intérieur et extérieur. Alvaro Siza joue avec les sources directes et indirectes, les fenêtres et les puits de lumière, visibles ou invisibles. Il cherche « à faire entrer » la nature, qu’il s’agisse d’une vue sur la mer, sur la rue, d’un jardin en escalier, ou de buildings… À l’intérieur, les pièces sont souvent très blanches et épurées. L’architecte ne garde que l’essentiel. Il dessine tout, des murs aux interrupteurs en passant par le mobilier.

Vingt ans après son inauguration, le Musée d’Art Contemporain de la Fondation Serralves rend donc hommage à celui qui a imaginé sa structure en béton et acier, ses perspectives, ses larges baies vitrées, ses espaces d’exposition… Pour l’architecte, difficile de trouver meilleur écrin pour ses maquettes et dessins qu’un édifice qu’il a conçu.

Partagez cet article :

Tags: , , , ,

Leave a Reply