MENU
Processed with VSCOcam with hb1 preset

La ville de demain sera-t-elle souterraine?

Flora Robotica Prototype

Des plantes robots à la place du mobilier urbain

Hong Kong Housing

08/05/2018 Comments (0) Views: 223 Architecture, Autres, Immobilier

Comment Hong Kong lutte contre la crise du logement

A Hong Kong, le foncier disponible est chose rare, de même que les appartements abordables. Heureusement, les architectes et urbanistes chinois regorgent d’idées. Voici les plus incroyables.

Avec 1.106 kilomètres carrés pour une population de plus de 7,3 millions d’habitants, Hong Kong est l’une des villes les plus densément peuplées du monde. C’est aussi la ville où le foncier est le plus cher au monde. Pour la huitième année consécutive, l’ancienne colonie britannique se retrouve ainsi à la première place mondiale – sur 293 métropoles – pour le coût du logement et de la construction, selon la 14e «Demographia International Housing Affordability Survey».

Pour exploiter pleinement l’espace limité, la ville compte plus de 1.300 gratte-ciel, bien plus que les autres métropoles mondiales comme Tokyo (environ 490) et New York (environ 730). Mais pour lutter contre la crise du logement, de nouvelles formes d’habitations voient le jour. Parfois très audacieuses…

Un bon tuyau pour se loger

Basée à Hong Kong, l’agence d’architecture James Law Cybertecture a eu l’idée de reconvertir des buses en béton préfabriquées de 2,50 mètres de diamètre en logements capsules. D’une surface de 9 m2, ces derniers offrent pièce à vivre, kitchenette et microsalle d’eau. Les OPod, c’est leur nom, ont vocation à être assemblés entre eux et empilés pour se glisser dans les moindres interstices de l’ancienne colonie britannique, entre deux immeubles, sous un pont, etc.

La croisière s’amuse

Pour répondre à l’importante migration locale, la Chine a investi des dizaines de milliards de dollars dans des projets d’infrastructure pharaoniques. Parmi eux, un pont d’acier de 54 km qui relie les villes de Hong Kong et Macao à Zhunai au sud du continent. Quatre îles artificielles ont été construites pour soutenir la structure du pont. Mais Hong Kong rêve déjà d’en construire d’autres, au sud de son territoire. Doctoral Exchange, un groupe de recherche local, ambitionne même de créer un nouvel archipel de 75 km² uniquement dédié aux logements. En attendant, les autorités étudient sérieusement la possibilité de loger les néo-Hongkongais sur des navires de croisière.

Appartements-capsules

On connaissait les «hôtels capsules» japonais. A Hong Kong, c’est le même principe, mais collectivisé. Synergy Biz Group, une société locale d’architecture et de développement, s’est ainsi spécialisée dans le recyclage de grands immeubles en micro-appartements avec des espaces de vie communs. Appelé «La Bibliothèque», un de ces bâtiments propose, au choix, des «lits-capsules» avec des cuisines et des salles de bains communes. Ou, pour les plus nantis, des appartements privés de 15 m², où se trouvent lit, bureau, dressing et salon. Les locataires devant se partager la cuisine et la salle de bain. Prix du loyer: entre 450 $ et 750 $ par mois, soit deux fois moins que le loyer moyen à Hong Kong. Les locataires de ces cagibis sont surtout des jeunes hommes célibataires, car les Chinois continentaux affluent en masse vers le territoire autonome, mais aussi des milliers de familles en attente d’un logement social.

Partagez cet article :

Tags: , , , ,

Leave a Reply