MENU
Hong Kong Housing

Comment Hong Kong lutte contre la crise du logement

Cowboy e-bike

Cowboy : le vélo qui va vous changer du...

08/05/2018 Comments (0) Views: 198 Architecture, Autres, Technologie

Des plantes robots à la place du mobilier urbain

Votre banc public sera-t-il demain capable de pousser par lui-même? C’est le projet fou d’une équipe de biologistes, informaticiens et architectes allemands.

Depuis que l’homme a appris à manipuler les plantes, le terreau techno-floral fleurit de 1001 idées. Les premiers à avoir «fleuri» la robotique sont des chercheurs de Carnegie Mellon, à Pittsburgh (USA). En 2006, cette équipe de savants-fous a réussi à programmer une fleur avec des fonctions simples: ouverture et fermeture des pétales à heures fixes. Rien que ça.

Avec le temps, cette tentative a fait des émules. Y compris sur le Vieux continent où une équipe de bio-ingénieurs, informaticiens et architectes – issus de six universités d’Allemagne, d’Autriche, de Pologne et du Danemark – tente de réaliser l’impossible. A savoir remplacer le mobilier urbain et domestique par des plantes téléguidées par des robots. Selon ces chercheurs, réunis au sein de l’initiative européenne Flora Robotica, les premiers espaces de vie créés par des robots-plantes pourraient devenir réalité d’ici vingt ou trente ans.

Utopique, la ville entièrement végétalisée? En réalité, elle est bien plus réaliste qu’on ne le croit. Sa formule magique est connue des herboristes: la lumière bleue. Les plantes, organismes photosynthétiques, sont irrésistiblement attirées vers elle. Leur exposition à cette longueur d’onde particulière a pour effet d’accélérer leur métabolisme, et, par là, leur croissance. C’est cette spécificité qui est exploitée par les chercheurs pour amener les végétaux à prendre certaines formes utiles pour l’architecture humaine. Comme un mur, un toit, une chaise ou un banc.

Financé par l’UE

Les scientifiques de Flora Robotica ont fabriqué des structures artificielles, en formes de nattes, auxquelles ils greffent des végétaux. Des robots, équipés de capteurs pour mesurer les besoins des plantes en eau et en nutriments, «dialoguent» avec les plantes via de petites LED, dont la lumière bleue oriente le sens de la pousse des plantes. Avec le temps, les organismes robots-végétaux se transforment en structures architecturales (murs, toits, bancs), offrant une alternative durable au béton et à l’acier. Toujours pas convaincu? Le projet a pourtant décroché un financement du programme Horizon 2020 de l’Union européenne.

Partagez cet article :

Tags: , , , ,

Leave a Reply