MENU

Planter un arbre en ville remplace 5 climatiseurs

Immobilier d’entreprise : les meilleurs endroits où investir

28/09/2018 Comments (0) Views: 38 Architecture, Autres, Environnement, Immobilier

Des Urban Lifestyle Points pour faire vivre la ville

A l’instar de Charleroi, Namur ou Liège, de plus en plus de communes wallonnes planchent sur l’instauration d’un ULP, un Urban Lifestyle Point.

Malgré de nombreuses rénovations et revitalisations urbaines, nos centres-villes restent ponctués d’espaces sans vie, peu ou mal utilisés. Transformer ces lieux désertés se fait souvent au détriment des aspirations réelles et concrètes de la population susceptible de les utiliser. Au risque de voir proliférer des espaces « beaux, mais déserts », non appropriés par la population et rapidement dégradés. Cette spirale des lieux urbains sans identité alimente le manque d’attractivité d’un quartier et pénalise la ville dans sa totalité.

Or pour transformer ces lieux en espaces agréables et conviviaux, il existe une méthodologie bien précise, héritée du… marketing. Et introduite en Belgique dès 2011 par l’Association du Management de Centre-Ville (AMCV), qui a pour objectif de « refaire de nos villes des centres de vie ». Son nom ? L’Urban Lifestyle Point (ULP).

Ce concept venu des États-Unis et d’Australie a pour objectif de rendre à la population un espace public pour qu’elle se le réapproprie. l’ULP consiste à gérer spécifiquement un espace du domaine public pour lui conférer de la valeur au sens marketing du terme. « Il s’agit d’un espace défini, qui par une action de gestion, d’animation et d’aménagement, correspond à une communauté spécifique d’usagers ou de consommateurs », explique l’AMCV.

Une cité qui vit

Pour que les aménagements urbains soient pertinents, il faut replacer les habitants au cœur du projet, estime l’AMCV. «L’urbanisme, ce n’est pas quelque chose qui s’invente dans des bureaux mais en faisant participer les citoyens, insiste Jean-Luc Calonger. C’est indispensable pour que les gens s’approprient les lieux et les fassent vivre.»

A Gembloux, après quelques aménagements, une rue reprend vigueur et des commerces reviennent s’y installer. A Tournai, les habitants de la place Verte se retrouvent autour de grands bacs de plantes aromatiques, et trois aires de jeux sont créées grâce à une démarche participative. A La Louvière, une plage est aménagée chaque été sur un terrain en friche avec des palmiers, des terrasses en bois, une piscine, un toboggan géant et du sable fin… «Quand la machine est mise en route, des voisins apprennent à se connaître et il y a un contrôle social permanent, se réjouit Jean-Luc Calonger. Les gens sont fiers de vivre dans leur quartier, ils amènent sans cesse de nouvelles idées d’aménagement.»

Partagez cet article :

Tags: , , , ,

Leave a Reply