MENU

Le Covid-19 pourrait avoir des impacts positifs sur la...

Un hôpital psychiatrique bercé par les flots

14/05/2020 Comments (0) Views: 173 Architecture, Autres, Technologie

Du bois transparent ? Chiche !

En 2018, la FAO a estimé que la vente des produits liés au bois avait augmenté de 11% par rapport à l’année précédente. Le bois reste l’un des grands classiques de la construction. Mais l’énergie nécessaire à sa production appelle de nouveaux standards de durabilité. En 2018, toujours selon la FAO, plus de 27 millions de tonnes de bois provenant de la construction ont été recyclées. Les experts estiment que, d’ici 2050, l’emploi de bois plus durable pourrait réduire de 44% les émissions de CO2 des bâtiments et infrastructures urbaines.

Un bel exemple d’innovation dans le secteur du bois vient d’être proposé par les chercheurs suédois du KTH Royal Institute of Technology. Ils ont mis au point un produit assez original appelé « bois transparent ». Pour créer ce nouveau matériau, ils ont retiré du bois la lignine, qui est le composant du bois qui capte le plus la lumière. En y ajoutant des composants acryliques, ils en ont fait un matériau translucide, suffisamment stable pour pouvoir être utilisé dans la construction, où il pourrait même remplacer le plastique ou le verre dans le cadre de bâtiments à basse émission.

Un futur matériau incontournable ?

Le «bois transparent» développé par les Suédois du KTH Royal Institute of Technology. ©KTH

Mais ce « bois transparent », qui laisse donc passer une partie de la lumière naturelle, n’a pas fini de nous surprendre. Grâce à l’ajout d’un autre composant, le polyéthylène glycol, ils ont doté cette nouvelle matière d’une propriété cruciale : elle est capable d’absorber la chaleur lorsqu’elle est exposée au soleil. A l’inverse, lorsque les températures redescendent, le bois transparent libère cette énergie accumulée. On le voit, cette nouvelle matière a beaucoup d’atouts.

Cela étant, toute la communauté scientifique ne parle pas d’une même voix concernant cette innovation. En questionnant l’aspect durable de ce nouveau matériau, du fait que ce bois transparent ne soit pas biodégradable, vu les composants chimiques qui le composent. Un « défaut » dont le KTH Royal Institute of Technology est conscient : ils étudient actuellement une solution de rechange plus naturelle, et donc potentiellement biodégradable, cette fois.

Partagez cet article :

Tags: , , , ,

Leave a Reply