MENU

Habiter le ciel à Varsovie

En Allemagne, un éco-quartier va dépolluer l’air ambiant

21/03/2019 Comments (0) Views: 100 Autres, Immobilier

En Hollande, un village-maison de retraite

Près d’Amsterdam, le village d’Hogeweyk est dédié aux personnes âgés, mais sans blouse blanche : les seniors atteints d’Alzheimer y mènent une vie presque autonome. Pionnier en 2009, il a inspiré des initiatives similaires au Danemark, en France et en Suisse.

À Weesp, petite localité située à une vingtaine de kilomètres d’Amsterdam, 150 seniors atteints de démence avancée déambulent librement dans les venelles de De Hogeweyk, petit village convivial aux patios verdoyants et terrasses fleuries. Ce petit village s’apparente à un quartier résidentiel normal : supermarché, coiffeur, théâtre, restaurant… À cette nuance près que ce lieu de vie et d’échanges entre patients, familles et professionnels de santé, est placé, nuit et jour, sous l’étroite surveillance d’un personnel formé à la prise en charge des pathologies séniles.

Financé presque intégralement par l’État néerlandais (17,5 millions d’euros pour un budget total de 20 millions), le modèle De Hogeweyk « permet d’avoir une liberté totale tout en préservant la sécurité des résidents de façon discrète ». Ici, tous les services sont librement accessibles aux résidents. Ils ont plus d’activité physique, d’air frais et de contact social (les cafés et théâtres sont ouverts au public). Et les coiffeurs, caissières et 250 autres employés, bénévoles et aides-soignants ont été formés pour s’occuper des personnes atteintes de démence, mais sans les tenues hospitalières déprimantes. Résultat : les fondateurs d’Hogeweyk ont constaté une baisse de 80% de la prise de neuroleptiques pour les malades depuis 1993.

Comme à la maison

L’oubli, l’isolement, la perte de facultés cognitives… Ce ne sont là que quelques symptômes de la maladie d’Alzheimer. La recherche avance, doucement, mais la maladie continue ses ravages. Et, souvent, l’accompagnement spécialisé n’apporte que peu de résultats. C’est la raison pour laquelle les autorités néerlandaises ont voulu un lieu où les malades se sentent « comme à la maison ».

Les logements se déclinent en différents styles : urbain, culturel, bourgeois… Chacun a le choix selon son style de vie. En plus d’offrir la possibilité aux malades de participer au fonctionnement du foyer (courses, cuisine, ménage), Hogeweyk offre aussi un équipement urbain adapté : des ascenseurs avec capteurs dispensent de se rappeler le bouton de son étage et de la musique, très présente, stimule les riverains. Mais avant tout, l’objectif reste de recréer un cadre de vie familier.

Il n’existe que quatre autres expérimentations de ce type en Europe. Le « village Alzheimer » de Dax, dans le sud-ouest de la France, et trois autres en Allemagne, en Suisse et en Norvège. Mais la fondation danoise Ok Fonden porte aussi un projet similaire baptisé « Byen for livet » (Cité de la vie), qui devrait bientôt voir le jour à Odense, dans le sud du Danemark. Objectif : créer un ensemble de logements capable d’accueillir 350 personnes pour une prise en charge des malades atteints d’Alzheimer, avant même que la maladie ne les rende dépendants.

Partagez cet article :

Tags: , , , ,

Leave a Reply