MENU
If Humans Disappeared

Une ville tiendrait-elle debout sans habitants ?

Amsterdam teste les premiers bateaux autonomes

12/11/2016 Comments (0) Views: 731 Autres, Environnement

Le Molenbeek, ce ruisseau zinneke qui embellit Bruxelles

Longtemps morcelé, le Molenbeek est un ruisseau qui jouit désormais d’une continuité visible et a même engendré de nombreux projets urbanistiques dans le Nord-Ouest de Bruxelles. Visite les pieds dans l’eau en compagnie de Renaud Bocquet, spécialiste des questions de l’Eau chez Bruxelles Environnement.

Ces derniers temps, le terme « Molenbeek » n’a pas vraiment eu bonne presse. Or, c’est aussi le nom d’un ruisseau issu du Pajottenland qui s’invite en ville en longeant la frontière linguistique. C’est désormais aussi une bien belle zone verte, dotée d’une des flores les plus riches de la capitale. Les mauvaises langues vous diront que c’est parce qu’il ne passe pas par la commune du même nom, mais par Berchem Ste Agathe, Ganshoren, Jette, Bruxelles-Ville et Laeken jusqu’aux portes du domaine royal. Mais tout cela n’est évidemment pas le fruit du hasard.

En effet, depuis une quinzaine d’années, Bruxelles Environnement a repris la gestion de la Senne et de toutes les lignes d’eau de la capitale et a entrepris de nombreux aménagements tant pour canaliser les fréquents trop-pleins dus aux caprices du climat que pour rendre à ces ruisseaux une visibilité… et permettre ainsi d’autres perspectives urbanistiques et environnementales. « On a déjà connu une grande crue depuis que le ruisseau a été réaménagé, nous explique Renaud Bocquet. Le premier test grandeur nature avec les récentes inondations s’est très bien déroulé. Les riverains avaient à la base très peur que la remise à ciel ouvert du cours d’eau leur procure des nuisances et ne vienne inonder leur jardin. Mais le ruisseau a en réalité un effet bénéfique : il tamponne les eaux excédentaires et complète le collecteur, ce qui réduit les inondations. »

La pression positive de l’Europe

On le sait, les chantiers peuvent parfois s’éterniser à Bruxelles. Dans ce dossier néanmoins, les différents acteurs ont chacun mis leur pierre à l’édifice. Des compromis ont été trouvés avec les riverains et tant la Région bruxelloise que la Région flamande ont fait avancer le projet, certes motivées par des subsides européens mais surtout positivement mis sous pression par le programme INTERREG qui somme les Régions à mieux collaborer. Il faut également souligner que c’est une zone à enjeux tant politiques qu’économiques avec le projet de réaménagement du plateau du Heysel (projet Néo) ainsi que l’épineuse question du futur stade et la proximité avec Tour et Taxis et toute la zone du canal en pleine revitalisation. « Cette bonne collaboration avec la Vlaamse Landmaatschapij a non seulement permis de gagner des années de travaux, mais a aussi amélioré la qualité de vie des habitants et des promeneurs. Des étangs ont ainsi été creusés pour irriguer l’eau en provenance de la périphérie flamande et les nouveaux arbres qui ont été plantés ont créé de véritables poumons verts autour du ruisseau. Les marais de Ganshoren et de Jette longés par le Molenbeek ont repris leur rôle premier en temps de crue. Il y a aussi des étangs qui ont été creusés pour bénéficier de zones humides en période chaude et pour gérer la repopulation de la faune et la flore des marais, pour tous les types d’espèces qui ont besoin d’eau pour se développer. Je pense notamment aux couleuvres à collier. »

L’eau embellit la ville  

Au delà de son rôle de complément idéal et naturel aux égouts et autres bassins d’orages, ce type de ruisseaux en milieu urbain présente l’avantage d’engendrer des embellissements urbanistiques dans leurs environs immédiats. « Grâce à la sortie en surface de ces cours d’eau, on pourra occuper l’espace autour et redonner d’autres perspectives architecturales ou artistiques à des zones qui en sont dénuées pour l’instant. Une ville est plus belle quand l’eau est visible. Or la Senne est quasi intégralement sous terre et la réflexion autour d’un retour d’une rivière urbaine n’en est qu’à ses balbutiements. Du coup, on se concentre d’abord sur les ruisseaux comme le Molenbeek et on construit des parcs, des aires de récréation avec des jeux d’eau et des potagers pour les riverains. On embellit et on donne de la vie en sortant l’eau de terre », conclut Renaud Bocquet

  • Ganshoren
  • Ganshoren
  • Ganshoren
  • Ganshoren
  • Jette
  • Jette
  • Jette
  • Kattebroek
  • Berchem
© DR
Partagez cet article :

Tags: , , , , , , , , ,

Leave a Reply