MENU

Des toits en forme d’entonnoir pour rafraîchir les bâtiments

17/08/2017 Comments (0) Views: 88 Technologie

Les fenêtres intelligentes débarquent

Anti-chaleur, anti-UV ou productrices d’électricité… une nouvelle génération de fenêtres débarque. Avec, à la clé, moins d’énergie gaspillée dans la climatisation.

On avait déjà vu des fenêtres intelligentes capables d’améliorer le confort thermique des bâtiments grâce à un système de ventilation. Mais une fenêtre qui peut s’assombrir ou s’éclaircir sans nécessiter de source d’alimentation externe pour fonctionner? Une fenêtre capable de produire elle-même son énergie et son surplus pour alimenter des LED… ou servir de batterie rechargeable? Le concept a été développé par une équipe de l’université technologique de Nanyang, à Singapour, en 2015.

Depuis, une poignée de start-up européennes se sont emparées de l’idée. Arrivées à maturité, leurs technologies entrent sur le marché cette année. Et pourraient provoquer une petite révolution dans le bâtiment. Car plutôt que de réduire drastiquement la consommation d’énergie, elles la puisent directement à la source. Mieux, elles la créent.

Dans la famille des vitrages actifs, celui utilisant la technologie électrochrome est sans doute l’un des plus révolutionnaires. Et parmi les rares applications industrielles présentées à la vente, la gamme SageGlass de Saint-Gobain pour les façades et les verrières est l’une des plus innovantes. Ces vitres électrosensibles détectent la quantité de lumière et la chaleur solaire. Si la chaleur ou la lumière sont trop fortes, un courant électrique teinte le vitrage. Résultat: cette installation limite les besoins en éclairage artificiel, réduit les coûts de chauffage et de climatisation et par conséquent, les frais de maintenance et d’exploitation du bâtiment. Un petit bijou de technologie qui a fait l’objet du dépôt de plus de 500 brevets.

Quand le soleil pilote la fenêtre

Et si le vitrage permettait, en plus, de produire de l’énergie? C’est en ce sens que Vinci Construction et la start-up Sunpartner Technologies ont conçu Horizon. Cette fenêtre conjugue la technologie du verre électrochrome (le SageGlass de Saint-Gobain) à celle du verre photovoltaïque intégré, qu’exploite le procédé Wysips Glass de Sunpartner. Concrètement, l’énergie issue du vitrage photovoltaïque transparent permet de commander l’opacification du verre SageGlass. Le pilotage se fait par un boîtier électronique relié à une application mobile. Adaptée à la rénovation comme au neuf, Horizon permettrait une réduction de l’ordre de 30% d’énergie.

Précurseur des films photovoltaïques souples et financé par Engie, l’allemand Heliatek commercialise quant à lui l’une des technologies Green Tech les plus prometteuses au monde. Un petit bout de plastique, tout fin – moins de 1 mm –, qui abrite des cellules photovoltaïques transparentes, à base de matière organique (et non de silicium alcalin). Collé sur les façades, les toits ou du double vitrage, son efficacité se rapproche des panneaux solaires classiques: jusqu’à 80 watts par mètre carré en fonction de l’ensoleillement. De quoi rendre de nombreux bâtiments autonomes.

  • © Heliatek GmbH / André Wirsig
  • © Heliatek GmbH / André Wirsig
  • © Heliatek GmbH / André Wirsig
  • © Heliatek GmbH / André Wirsig
  • © Heliatek GmbH / André Wirsig
  • © Heliatek GmbH / André Wirsig
Partagez cet article :

Tags: , , , ,

Leave a Reply