MENU

Un algorithme pour sauver des vies

Paris : Réconcilier l’urbain avec son alimentation

19/08/2020 Comments (0) Views: 239 Environnement, Technologie

Produire de l’énergie… en se promenant !

Il est désormais possible de produire de l’électricité générée par la simple marche des passants. Une nouvelle technologie économe, durable et prometteuse.

La piézoélectricité est un phénomène physique par lequel des cristaux sollicités mécaniquement génèrent de l’électricité. L’application la plus courante de ce principe, c’est l’arc électrique qui permet d’allumer le gaz des plaques de cuisson. Ou d’allumer la flamme d’un chauffe-eau. Pour produire ce courant, nous disposons d’une ressource d’énergie totalement inépuisable : l’énergie mécanique déployée par les passants. Il suffit en effet que le sol sur lequel les gens marchent soit recouvert de panneaux composés de cristaux susceptibles de produire ce faible courant. La céramique, par exemple, fonctionne assez bien.

Ce microcourant, dont l’intensité est limitée, est tout à fait capable d’alimenter des composants électroniques à basse consommation : éclairage de rue ou réseau sans fil public. Ce système permettrait par ailleurs de limiter la dépendance de l’internet urbain à des serveurs situés à l’autre bout du monde. Au profit d’installations plus locales.

Des calculs ont même été faits : il suffirait de 180 heures « de pas humains » pour rentabiliser chaque panneau spécialement posé sur le sol à cet effet. Avec, à l’arrivée, une production d’énergie, propre et durable, mais certes réservée à des installations peu gourmandes. Une option urbaine intelligente qui permettrait donc de faire générer une partie de l’énergie nécessaire par ses principaux utilisateurs : les piétons.

En voiture !

Le principe de la piézoélectricité appliquée au trafic routier. © Department of Electrical, Electronic and Computer Engineering, University of Pretoria

Partant du principe que c’est le mouvement qui produit l’énergie, d’autres chercheurs ont étendu l’idée aux voitures. Deux firmes (l’israélienne Innowattech et la californienne Pyro-E) ont ainsi mis au point un système sensiblement identique, sauf que ce sont les voitures qui, en roulant sur un revêtement spécial, produisent l’énergie.

Plusieurs projets pilotes (concernant l’énergie de la marche ou celle des voitures) ont été développés ces dernières années : un péage routier à Prétoria, en Afrique du Sud, disposait d’un trafic routier suffisant pour rendre l’expérience pertinente. Une station de métro à Tokyo est arrivée à s’autosuffire grâce aux pas des usagers. Ces expérimentations sont parfois très simples : un café hollandais est parvenu à générer l’électricité nécessaire à sa porte tournante simplement en captant l’énergie des clients qui entrent et sortent de l’établissement.

Seul frein à cette source d’énergie durable : il est indispensable qu’il y ait du passage, sans quoi le système ne pourra rien produire.

Partagez cet article :

Tags: , , ,

Leave a Reply