MENU
Block Chain

Comment la blockchain pourrait révolutionner la Smart City

Des passages pour piétons en 3D

22/08/2018 Comments (0) Views: 237 Mobilité

Voici le Uber des trottinettes électriques

Après avoir conquis Paris et les États-Unis, les trottinettes électriques font leur entrée en free-float à Bruxelles. Depuis fin juin, chacun peut réserver une trottinette électrique via l’application Troty. Une idée qui trotte. Mais a-t-elle tous les atouts pour fluidifier la mobilité urbaine ? Divercitymag l’a testé.

On se souvient des trottinettes en aluminium, qui avaient provoqué un vent de folie dans les années 1990. Mais le gadget était resté cantonné aux ados, seuls quelques adultes acceptant de les utiliser. Les e-trottinettes, capables d’aller cinq fois plus vite qu’un piéton ont rendu ce type de déplacement plus attractif. Alors que la voiture devient synonyme de perte de temps, les citadins commencent à réfléchir à d’autres manières de se déplacer. Plus propres, plus souples, moins encombrants. Bonne nouvelle : depuis le 29 juin, la start-up belge Troty a mis 50 de ces trottinettes « made in China » en service à Bruxelles. Dans une zone allant de la Grand-Place à Flagey, en passant par le quartier européen.
Debout sur deux roues, mains accrochées à une sorte de canne, on s’amuse à doubler les piétons. Et même quelques voitures, si on s’aventure sur la chaussée. La « Troty », légère et pliable, peut atteindre une vitesse maximale de 22 km/h. Elle possède une batterie dont l’autonomie permet d’avaler 30 à 40 kilomètres de bitume. Pour l’anecdote, toutes les « Trotys » sont rechargées en énergie verte, entre 22 heures et 5 heures du matin, dans un hangar équipé de panneaux solaires.

Comment ça fonctionne?

En pratique, il suffit d’activer une application pour smartphones permettant à la fois de géolocaliser une trottinette (soit en rue, soit chez un partenaire de Troty), de la réserver, d’en déverrouiller le cadenas et d’enfiler son casque. Le reste n’est qu’une question d’équilibre, de freins et d’accélérations. On évite le trottoir et on privilégie les pistes cyclables, quand il y en a…
Sans griller de feux rouges, ces planches survoltées permettent de gagner de précieuses minutes de déplacement. Une fois la course terminée, vous êtes automatiquement débité du montant. Le tarif s’élève à 1 euro de prise en charge, auxquels s’ajoutent 15 centimes par minute d’utilisation. Résultat : une course moyenne s’avère moins chère qu’un ticket de métro. La coolitude en plus.
On aime. Son côté fluide, passe-partout et sa taille mini qui permet de l’emporter partout. On aime aime aussi son cadenas intégré que l’on commande grâce à une application.
On regrette. Les pavés du centre-ville et le manque de pistes cyclables.
Verdict. Filer droit, fièrement campé, debout, à plus de 20 km/h : une nouvelle idée de la liberté!
http://troty.be/index.php/fr/

  • Troty
  • Troty
  • Troty
  • Troty
  • Troty
  • Troty
  • Troty
Partagez cet article :

Tags: , , , ,

Leave a Reply