MENU
Aarhus, une capitale culturelle en plein boom

Aarhus, une capitale culturelle en plein boom

Des kots de luxe pour étudiants exigeants

Des kots de luxe pour étudiants exigeants

Accès à la propriété: faut-il des logements réservés aux moins de 32 ans?

19/09/2017 Comments (0) Architecture, Immobilier

Accès à la propriété: faut-il des logements réservés aux moins de 32 ans?

Pour faciliter l’accès au logement de jeunes candidats propriétaires, la Ville de Hasselt a décidé de réserver, en accord avec un promoteur privé, des appartements aux moins de 32 ans. L’idée ne fait pas l’unanimité mais répond à un réel problème.

C’est une première en Belgique et elle fait déjà grincer des dents. Appelée à devenir la plus haute tour du Limbourg, la Kapertoren, qui sera édifiée non loin du campus universitaire de Hasselt, suscite la polémique depuis l’été. En cause: les 70 logements répartis sur les 16 étages de la tour ne seront accessibles qu’à des candidats locataires ou propriétaires âgés de moins de 32 ans. Cette limite d’âge sera inscrite dans les contrats de vente et de location.

Les autorités communales et le promoteur immobilier espèrent ainsi répondre à la très forte demande des jeunes en quête d’un premier logement. Dans la Kapertoren, les prix brut oscilleront entre 140.000 euros pour un studio et 250.000 euros pour un appartement. L’initiative, qui pourrait inspirer d’autres communes, ne fait toutefois pas l’unanimité. Ni dans le fief des promoteurs immobiliers qui reprochent une «publicité voilée», ni auprès des associations qui dénoncent une forme de «discrimination».

  • Kapertoren Hasselt
    Kapertoren Hasselt
  • Kapertoren Hasselt
    Kapertoren Hasselt
  • Kapertoren Hasselt
    Kapertoren Hasselt
  • Kapertoren Hasselt
    Kapertoren Hasselt
  • Kapertoren Hasselt
    Kapertoren Hasselt

Exode rural

En termes légaux, l’âge est en effet un critère prohibé au même titre que le sexe, l’orientation sexuelle ou la race. Cela vaut pour le logement acquisitif et locatif. Mais la loi autorise aussi certaines exceptions. Notamment pour les séniories ou les logements intergénérationnels. Alors, effet de pub de la part du promoteur ou véritable démarche sociale? La réponse est sans doute un peu plus nuancée. En effet, beaucoup de communes cherchent à conserver sur leurs territoires des jeunes travailleurs qui sont aussi de bons contributeurs fiscaux. Et puisque toutes les villes sont touchées par le phénomène d’exode urbain, il faut bien faire preuve de créativité pour retenir les jeunes et la classe moyenne, de plus en plus prompts à s’installer en périphérie.

En Belgique, le problème de l’accès au logement est structurel. D’un côté, les villes manquent drastiquement de logements sociaux. De l’autre, les citoyens désireux d’habiter en ville ne sont pas assez soutenus fiscalement. A cela s’ajoute une réalité financière de plus en plus dure pour les jeunes ménages. Les prix des logements étant à la hausse, les moins de 32 ans n’ont plus les moyens d’accéder à la propriété, faute d’apport de départ suffisant. Or les grandes banques n’accordent que très rarement des quotités supérieures à 100%. Surtout si le montant de l’achat dépasse 275.000 euros.

Partagez cet article :

Tags: , , , ,

Leave a Reply