MENU
Block Chain

Comment la blockchain pourrait révolutionner la Smart City

Bio Facade

Dépolluer l’air grâce à des immeubles d’algues

Maquette numérique

05/07/2018 Comments (0) Architecture, Technologie

Comment la maquette numérique bouleverse les métiers de la construction

«BIM». Derrière ce petit mot qui claque comme une onomatopée, se révèle une méthode de travail novatrice dans la construction. Que se cache-t-il derrière la démarche BIM, pour «Building information modeling»?

Steven s’installe à son poste, saisit la souris. Sur l’écran, un immeuble se révèle en trois dimensions. On circule dans les étages, le long des couloirs. Les portes s’ouvrent. Les yeux en éventail, immergé, on se croirait dans un jeu vidéo. Sauf qu’ici, on ne plaisante pas. Ici se dessine, se construit et s’imprime l’avenir des bâtiments.

La maquette numérique, c’est «l’introduction du digital dans la construction», explique le professionnel. Devenue aussi incontournable qu’une truelle pour le maçon, la modélisation des données du bâtiment, traduction libre de «Building Information Modeling» (BIM), révolutionne le travail dans la construction. Son atout: cette méthode de travail ne contraint plus les architectes à dessiner des éléments géométriques. Ils peuvent se contenter de placer les éléments constructifs qui les intéressent dans une «maquette orientée objet». Le logiciel fait le reste.

Destinée petit à petit à remplacer les plans, sur papier ou sur fichier informatique, «la maquette numérique 3D modélise le projet de bâtiment dans sa globalité, à l’aide de logiciels permettant de calculer l’impact environnemental du projet et d’améliorer ses performances énergétiques», explique Steven. Le grand avantage du système est que la maquette digitalisée est accessible en ligne par tous les partenaires du programme de construction.

L’avatar collaboratif du bâtiment

En effet, la maquette en 3D suivra le bâtiment pendant toute son existence, de sa conception à sa déconstruction éventuelle. Toutes les modifications qui pourraient être apportées à la construction seront intégrées au fur et à mesure de sa vie. «Cette technologie a de nombreux avantages, confie Steven. Elle permet de suivre le bâtiment tout au long de son existence, elle peut permettre de limiter les erreurs de chantier, optimise l’organisation, réduit les coûts et permet de mieux coordonner les entreprises. C’est un système collaboratif, qui permet à chaque intervenant de consulter la maquette et d’y partager, à tous les stades du projet, les informations relatives à la conception, l’exécution et l’exploitation d’un bâtiment.»

Architectes, bureaux d’études, entreprises du BTP, spécialistes de la climatisation ou de la plomberie doivent ainsi mettre en commun l’ensemble de leurs plans et le détail des équipements qu’ils installent, afin que tout le monde s’assure qu’il n’y aura pas de conflit. Cela peut sembler du simple bon sens, mais c’est assez nouveau dans le secteur de la construction longtemps resté à l’écart de la révolution numérique.

Et son intérêt va bien au-delà de la construction: «Faire une démarche BIM, c’est aussi délivrer une maquette au client qui va exploiter le bâtiment.» Si une commune fait bâtir un athénée, elle enrichira la maquette au fil du temps en y portant toutes les informations sur l’édifice. «On pourra tout de suite savoir combien de fois on a changé les portes ou les radiateurs, par exemple.»

Plus d’infos : on trouve sur le site du Conseil francophone de l’Ordre des architectes un webinaire qui explique en détail les enjeux du BIM.
Partagez cet article :

Tags: , , , ,

Leave a Reply