MENU
Comment habiterons-nous demain?

Comment habiterons-nous demain?

Les Chinois toujours plus friands d’immobilier occidental

Les Chinois toujours plus friands d’immobilier occidental

07/03/2017 Comments (0) Autres, Technologie

Des réverbères alimentés par des piétons

Las Vegas, ville du vice, est devenue écologiquement vertueuse. Depuis la mise en service du réseau de panneaux solaires «Boulder Solar I», en décembre dernier, la capitale du jeu alimente l’intégralité de ses 140 infrastructures avec de l’électricité d’origine 100% renouvelable.

Pour l’instant, son mix énergétique provient essentiellement du déploiement des panneaux solaires mais aussi de turbines hydroélectriques. Et d’ici fin 2017, l’électricité produite par le barrage de Hoover, situé à 40 km de Las Vegas, viendra compléter les sources d’énergie de la ville.

Mais en attendant, la «ville qui ne s’éteint jamais» a décidé de tenter une expérience inouïe. Partant du principe que chaque citadin peut, à l’échelle de ses baskets, devenir lui-même producteur d’énergie, la start-up EnGoPlanet vient d’équiper un carrefour du quartier des artistes, au cœur de Las Vegas, de dalles cinétiques.

Le principe? Lorsque les passants foulent le sol, les dalles captent leur énergie. En fonction de la pression exercée, chaque pas peut produire entre 4 et 8 watts. Cette énergie est alors stockée, pour être redistribuée aux réverbères la nuit. Et uniquement selon les besoins réels… car chaque réverbère est doté de capteurs intelligents, capables de réduire l’éclairage si aucun passant ne foule les pavés.

Pour l’instant, l’expérience se limite à quatre réverbères également équipés de bornes wi-fi, de caméras de sécurité, de capteurs pour surveiller la qualité de l’air et l’état du trafic routier, ainsi que de chargeurs de smartphones. L’énergie «piétonne» est utilisée uniquement la nuit, tandis que le jour, le système est alimenté par des panneaux solaires.

De la piste de danse aux autoroutes

Et si, à petits pas, l’énergie cinétique devenait la nouvelle norme de l’éclairage urbain? Selon la start-up, les métropoles dépensent environ 40 milliards de dollars par an en énergie pour les quelque 300 millions de réverbères alimentés en énergie conventionnelle à travers la planète. Et ce, sans prendre en compte la pollution générée par l’énergie carbonée.

Or si elles font leurs preuves à l’échelle d’un carrefour, les dalles cinétiques ont un potentiel énorme. Après les avoir d’abord testées sur une piste de danse, la société britannique Pavegen Systems a ainsi équipé de ces dalles l’un des longs couloirs de l’aéroport d’Heathrow, près de Londres. C’était en 2015… Deux ans après, ces dalles pourraient équiper le campus universitaire de Cambridge. De son côté, l’américaine EnGoPlanet rêve d’étendre son système aux autoroutes. L’idée a du sens: si la pression des voitures pouvait générer l’électricité dont leurs moteurs aura bientôt besoin, la boucle serait bouclée.

Partagez cet article :

Tags: , , , ,

Leave a Reply