MENU

Veolia teste sa plage intelligente à La Baule 

be.exemplary veut séduire les grands promoteurs privés

07/09/2019 Comments (0) Architecture, Environnement, Technologie

Des villes sous-marines ? Retenez votre respiration, c’est prévu pour 2030

La Terre, composée à 70% d’eau, est une immense piscine. Des Japonais prévoient un grand plongeon pour 2030 avec le projet « Ocean Spiral », des cités aquatiques pouvant accueillir jusqu’à 4000 personnes.

On connaissait les projets d’îles privées dessinées par Google ou Apple. Ou encore les cités flottantes imaginées par le belge Vincent Callebaut. À la fin des années 1960, l’architecte et urbaniste italien Paolo Soleri avait baptisé “arcologies” ses concepts architecturaux de villes utopiques : des projets mêlant architecture et écologie, où la ville était conçue comme un organisme vivant capable de vivre en harmonie avec la nature. Ses travaux en ont inspiré plus d’un, à commencer par les ingénieurs de la Shimizu Corporation, géant nippon de la construction.

Après avoir imaginé des bases lunaires, des jardins botaniques flottants ou encore une pyramide susceptible d’héberger 1 million d’habitants, Shimizu travaille depuis 2014 sur un projet pharaonique : une habitation immergée sous la mer, appelée “Ocean Spiral”. Sous réserve de technologies adéquates, ils proposent de construire d’ici à 2030 sous l’eau de gigantesques sphères de 500 mètres de diamètre, où 5.000 personnes pourraient vivre, travailler et se distraire en autarcie. Une usine de production et d’exploitation des richesses sous-marines alimentant l’ensemble.

  • Ocean Spiral © Shimizu corp
  • Ocean Spiral © Shimizu corp
  • Ocean Spiral © Shimizu corp
  • Ocean Spiral © Shimizu corp

Des villages autonomes

Installées au fond des océans, entre 1.500 et 4.000 mètres de profondeur, ces camps de base pouvant accueillir des bureaux, des hôtels, des labos et des appartements auraient la taille de petits villages ancrés grâce à de gigantesques torsades. Autonomes en énergie, ces sphères seraient alimentées par l’énergie thermique générée en exploitant l’amplitude thermique des différentes profondeurs. Température ambiante: environ 20°C.

Takeuchi Masaki, à la tête du projet, semble vraiment avoir pensé à tout. La pression sous-marine, par exemple, permettrait de dessaler l’eau pour les besoins courants. Et une partie de l’alimentation proviendrait de l’aquaculture, afin de ne pas polluer l’environnement. À terme, ces cités de profondeur pourraient même devenir des incubateurs de recherche scientifique visant à exploiter intelligemment les océans, dont 75% restent encore inexplorés.

Partagez cet article :

Tags: , , , ,

Leave a Reply