MENU
Bio resources ©Justin Schuler

Wallonie : construire avec des produits biosourcés et labellisés

"Maastricht Ramblas" © Fred Berghmans

Les « Ramblas » de Maastricht

17/06/2021 Comments (0) Architecture, Environnement, Immobilier, Technologie

Green bonds : allier durabilité et rentabilité

Depuis quelques années, les financements verts sont devenus LA success-story dans le secteur de l’immobilier professionnel et particulier. Nous avons survolé le sujet en compagnie de Sandra Vandersmissen, spécialiste en immobilier coté chez Bnp Paribas Fortis. 

Vandersmissen Sandra - BNP Paribas Fortis

Vandersmissen Sandra – BNP Paribas Fortis

Pourquoi les investisseurs choisissent-ils les financements verts ? 

Ils savent qu’il vont investir dans l’avenir et donner davantage de sens à leur placement en choisissant de financer des projets qui contribuent au développement durable. Si un investisseur (institutionnel ou privé) analyse la composition des crédits des sociétés émettrices, la part de financements verts qu’on y trouvera dira beaucoup sur leur profil, sur leur force et leur confiance dans l’avenir. En outre, chaque société devant désormais publier son roadmap carbone pour 2050, elle a tout intérêt à s’y mettre dès maintenant, histoire de verdir son portefeuille d’investissements.

De leur côté, les émetteurs ont davantage de chance de trouver leur financement, car la demande est forte pour des green bonds. Les maisons de gestion (private banking et gestionnaires de fonds intentionnels) ont en effet beaucoup de demandes en ce sens de la part de leurs clients finaux. 

Chez BNP Paribas Fortis, comment procédez-vous avant de lancer un produit vert ?

Nous avons au sein de notre filiale d’asset management BNPPAM une équipe d’analystes qui attribuent une cote ESG à chaque société émettrice. Dans la banque privée, nous utilisons des scores en accord avec nos clients.  Chez nous, ça se calcule en trèfles. Et il faut un minimum de 5 trèfles sur 8 pour que la société émettrice soit considérée comme durable et que ses obligations, vertes et autres, puissent être achetées dans nos portefeuilles. Attention : nous ne détaillons pas chaque émission, nous nous concentrons sur les sociétés qui émettent. Pour nous, la cotation globale ESG d’un émetteur est plus importante que la nature de chaque emprunt émis (je précise que le coût du coupon vert n’est pas moindre que celui des autres). 

Et ça fonctionne ?

C’est un marché qui est encore en pleine croissance. On considère généralement que la partie verte sur le marché des obligations est d’environ 10%, et donc il y a de la marge. Par contre, ça fonctionne, puisque chaque green bond émis termine généralement à deux ou trois fois l’appel de base. Ce type de financement est particulièrement important pour le secteur de l’immobilier, en raison de son intensité capitalistique. Pour financer leurs projets, les professionnels de l’immobilier émettent donc beaucoup d’obligations ou de crédits verts (dans ce secteur, tous les nouveaux investissement doivent d’ailleurs être durables). Et c’est un cercle vertueux : sans l’aide du secteur immobilier, l’Europe n’atteindra jamais les objectifs carbone de 2050. Et donc, tout le monde avance dans la bonne direction !

© Deloitte

Partagez cet article :

Tags: , , , ,

Leave a Reply