MENU
Les Belges aiment toujours la brique

Les Belges aiment toujours la brique

Les Chinois toujours plus friands d’immobilier occidental

Les Chinois toujours plus friands d’immobilier occidental

24/02/2017 Comments (0) Immobilier

Hacker houses, vivre au travail

«Hacker house»: deux mots pour un concept tout droit venu de Californie. C’est en effet à San Francisco, ville depuis longtemps à la pointe de l’innovation, que sont apparus il y a quelques années les premiers «bureaux dortoirs». Des lieux où entrepreneurs, informaticiens, développeurs, designers, graphistes et «digital nomades» aspirent à vivre et non plus seulement à travailler sous le même toit.

Depuis, le concept a essaimé dans toute la Silicon Valley, puis partout dans le monde. Au sud de Paris, Seed-Up a ouvert une «hacker house» fin 2015. Dans le pavillon, où ils sont nourris et logés, une dizaine de geeks travaillent sans compter leur temps. Tous sont animés par l’envie de mettre immédiatement à profit leurs talents, sans passer par la case entreprise. Car ici, le principe absolu c’est la mutualisation des talents. Le recrutement est très sélectif, avec une décision d’embauche systématiquement collective.

«Dans la ‘hacker house’ se réunissent des personnes qui se sont choisies en fonction d’affinités électives, travaillent à la fois sur des projets pour des grands groupes, mais aussi sur leur propres projets. C’est une sorte de coopérative geek, assure Paul Poupet, co-fondateur, où on peut s’interroger à deux heures du matin sur le droit de vote des robots ou utiliser l’imprimante 3D pour un prototype quelconque.» S’il ne prétend pas que la «hacker house» puisse définitivement remplacer le bureau d’entreprise, il la décrit comme une organisation innovante où «on peut partager savoirs, compétences, réseaux et moments de convivialité».

Nouvelle niche immobilière

Le concept est devenu tellement populaire auprès des jeunes Millenials, que plusieurs promoteurs y voient déjà une nouvelle niche. Dans le milieu immo, cela s’appelle le «coliving». Et en Europe, c’est devenu l’objectif – ambitieux – de la start-up OneThird. Sa spécialité: la recherche de projets immobiliers neufs et de réhabilitation de 3.000 à 4.000 m² situés en périphérie des villes et dans les quartiers en gentrification. Principalement à Paris, Bruxelles et Madrid. Basées sur le concept du «hacker house», ces futures résidences proposent des espaces privatifs réduits et des espaces partagés importants, avec une grande dimension de communauté et de services. «Le tout soutenu par une innovation technologique significative», promet Nathalie Chapuis, responsable du développement de OneThird.

Partagez cet article :

Tags: , , , ,

Leave a Reply