MENU
Un parc «crowdsourcé» au cœur de Bruxelles

Un parc «crowdsourcé» au cœur de Bruxelles

Kristiaan Borret

Interview : Kristiaan Borret, Maître Architecte de la Région...

Nanjing Towers Stefano Boeri Architects

15/02/2017 Comments (0) Architecture, Environnement

La Chine construit des immeubles-forêts

L’architecte italien Stefano Boeri s’est lancé dans un projet fou: créer à Nanjing en Chine une série d’immeubles capables d’absorber le CO2 ambiant et de produire de l’oxygène.

Au siècle dernier, les aménagements paysagers étaient principalement confinés aux espaces situés au sol, autour des bâtiments. Désormais, avec l’avènement des toits et des murs végétalisés, les édifices eux-mêmes deviennent des «jardins habités». Un des chantres de ces «forêts verticales» est le studio italien Stefano Boeri Architetti. En mettant la nature au cœur de ses créations, ce cabinet d’architectes laisse entrevoir la ville de demain: organique, post-carbone et dépolluante. Après avoir construit leurs premières tours végétalisées en Europe, c’est au tour de la ville de Nanjing, en Chine, d’accueillir un de leurs immeubles verts.

Le projet, intitulé «Vertical Forest», comprendra deux tours – la plus haute de 200 m, l’autre de 108 m – agrémentées de 1.100 arbres et 2.500 plantes nichés dans des jardinières en béton disposées tout autour des buildings. À l’intérieur, les structures du plus petit bâtiment pourront abriter un hôtel Hyatt, un food market, des restaurants et des boutiques, tandis que le deuxième accueillera un musée, des bureaux et une école d’architecture. Une piscine sera creusée sur le toit de la tour la plus basse, tandis que celui de la plus grande accueillera un club privé.

Capter la pollution
Deux œuvres similaires ont déjà été construites par Boeri à Milan en Italie et à Lausanne en Suisse. Aujourd’hui, dans ces deux immeubles de 19 et 27 étages, cohabitent quelque 480 personnes, 780 arbres, 11.000 plantes et 1.600 oiseaux. «C’est un lieu de résidence partagé par différentes formes de vie», explique le concepteur qui expérimente ici «une autre façon d’habiter en ville». Mais le projet de l’Italien pour l’Empire du Milieu est beaucoup plus ambitieux, car l’intérêt des deux tours végétalisées dépasse l’acte ornemental. Les centaines d’arbres, d’arbustes n’ont pas été choisis au hasard. Couleurs, textures, périodes de floraison, chute des feuilles… Tout a été pensé. Et tout évolue. «Nous avons constaté que certains oiseaux migrateurs aiment s’arrêter sur les toits. Alors nous tentons d’adapter le type d’arbres pour voir comment ils réagissent», raconte Laura Gatti, docteur en agronomie, qui a passé des années à concevoir ce projet avec Stefano Boeri.

La biodiversité occupe les concepteurs. Tout comme l’écran que peut constituer la flore pour protéger de la pollution, du bruit ou du soleil d’été. Selon les architectes, cette pépinière gigantesque absorbera 25 tonnes de CO2 par an et émettra environ 60 kg d’oxygène par jour. À l’échelle de deux immeubles, l’impact pour le reste de la ville semble limité. Mais on imagine facilement le potentiel d’une cité végétale à large échelle. Les premières tours chinoises seront achevées en 2018 et devraient essaimer dans les villes de Shijiazhuang, Liuzhou, Guizhou, Shanghai et Chongqing.

  • Nanjing Towers Stefano Boeri Architects
    Nanjing Towers Stefano Boeri Architects
  • Nanjing Towers Stefano Boeri Architects
    Nanjing Towers Stefano Boeri Architects

 

 

Partagez cet article :

Tags: , , , ,

Leave a Reply