MENU
Des usines verticales pour énergiser les villes

Des usines verticales pour énergiser les villes

Un hôtel de luxe à 100 km/h

Un hôtel de luxe à 100 km/h

Les communes peu enclines à suivre les promoteurs

20/06/2017 Comments (0) Autres, Immobilier

Les communes peu enclines à suivre les promoteurs

 Des logements plus compacts, plus hauts et plus grands? La plupart des promoteurs immobiliers se heurtent au refus des pouvoirs locaux.

Alors que les différentes politiques de logement des trois Régions, de même que les souhaits des Bouwmeesters bruxellois et flamands, encouragent la construction de logements plus compacts, plus hauts et plus centralisés, sur le terrain, les communes semblent bien plus réticentes à appliquer ces préceptes.

Sept promoteurs sur dix estiment (74%), par exemple, que les communes ne sont pas enthousiastes à l’idée de développer des projets de plus grande hauteur. Six promoteurs immobiliers sur dix (58%) peinent également à trouver un soutien auprès des pouvoirs locaux pour construire d’une manière plus compacte. Et un sur trois rencontre des réticences dans le cadre de projets innovants (intergénérationnel, technologique, durable…). Un vrai paradoxe car, dans la pratique, 81% des promoteurs constatent que la plupart des communes savent très bien quels quartiers doivent être pris en main. Elles ne manquent donc pas de vision… C’est ce que relève l’UPSI, l’Union professionnelle du secteur immobilier, dans sa dernière enquête d’opinion réalisée auprès de 150 promoteurs du pays.

Des «procédures escargots»

Qu’est-ce qui coince? «La politique actuelle privilégie la démolition-reconstruction et l’activation de terrains en bordure des villes, plutôt que les ‘green fields’, ces zones constructibles loin des centres urbains, constate Olivier Carrette, administrateur délégué d’UPSI-BVS. Mais des projets plus hauts et plus denses, adaptés à la ville donc, ça fait peur en période électorale… Or, on peut parfaitement construire plus dense tout en maintenant la qualité. Les pays qui nous entourent le font, sans nécessairement construire des tours de 30 étages.»

L’UPSI pointe aussi les procédures d’octroi de permis, jugées trop lentes et trop procédurales. Six promoteurs sur dix en Wallonie et à Bruxelles considèrent que c’est un problème, pour un sur trois en Flandre. «La sixième réforme de l’État a transféré ces matières aux Régions, qui les ont elles-mêmes transférées vers les pouvoirs locaux, observe Olivier Carrette. Mais cette législation est très complexe et, au-delà du fait que les communes manquent souvent de moyens, on constate que les fonctionnaires locaux sont trop peu nombreux, pas assez formés.» Résultat: trop souvent, les pouvoirs locaux rechignent à faire les choses différemment.

Partagez cet article :

Tags: , , , ,

Leave a Reply