MENU
La biosphère géante d’Amazon

La biosphère géante d’Amazon

© Obama Foundation-TWBTA

Après la Maison Blanche, une bibliothèque-musée

Naked Houses © OMMX

02/06/2017 Comments (0) Architecture

Londres teste l’accès égalitaire à la propriété

A Londres, le projet «Naked House» construit et vend des petites habitations de 50 m², sans fioriture à prix coûtant. Une solution anti-crise qui remporte un immense succès.

Dans les villes, la pression est telle que les prix montent en flèche et pénalisent les jeunes ménages et les classes moyennes. A Londres, où la bulle immobilière menace d’éclater depuis des années, le prix moyen d’un logement atteint… 690.000 euros. Ce qui rend la propriété inaccessible pour la majorité de ses habitants, dont le salaire annuel moyen est de 40.000 euros. Pour lutter contre la crise du logement, Sadiq Khan, maire de Londres, propose une solution innovante: les «Naked Houses». Des logements livrés avec les murs, les plomberies de base et une possibilité de déplacer les éléments à l’envi, afin de «customiser» l’espace selon ses besoins.

Pour une superficie d’environ 50 m², l’habitation consiste en une grande pièce à vivre avec cuisine ouverte, une chambre double en mezzanine, une salle de bain et un petit jardin privatif. Le reste de la maison? Libre à l’habitant de l’aménager au gré de ses envies et de son budget. Avec un avantage: une large hauteur sous plafond qui permet d’augmenter la surface habitable jusqu’à 87 m².

«Les gens veulent personnaliser leur intérieur. En leur livrant le strict nécessaire, on peut rendre la propriété abordable pour ceux qui vont bricoler eux-mêmes», justifie Simon Chouffot, l’un des fondateurs de Naked House, auprès du Guardian. Une façon de penser de manière essentielle l’architecture, que l’on retrouve aussi dans des réalisations telles que la «Furniture house», de l’architecte japonais Shigeru Ban, où le mobilier devient la structure même des murs et de la maison.

Le «casco» social

Les 22 prototypes, confiés à l’agence d’architecture OMMX, seront situés à Enfield, dans la banlieue nord de Londres, et proposés entre 180.000 et 415.000 euros. Ils seront livrés en 2020, dans une version hybride-moderne, entre maison de campagne épurée et loft urbain. Cette nouvelle donne s’inscrit dans la volonté de Sadiq Khan de développer des «community-led housings»: des projets immobiliers gérés par des organismes fonciers solidaires, qui considèrent le sol comme un bien commun qu’il faut préserver, notamment de la spéculation. Comme la mairie s’engage à prendre en charge les frais d’accession au terrain – sous forme d’une taxe annuelle –, le logement est alors moins cher. Une solution solidaire qui, si elle fait ses preuves, pourrait se répliquer dans d’autres capitales européennes…

  • Naked Houses © OMMX
    Naked Houses © OMMX
  • Naked Houses © OMMX
    Naked Houses © OMMX
  • Naked Houses © OMMX
    Naked Houses © OMMX
  • Naked Houses © OMMX
    Naked Houses © OMMX
  • Naked Houses
    Naked Houses © OMMX
Partagez cet article :

Tags: , , , ,

Leave a Reply