MENU
Jewel Changi © Safdie Architects

Singapour possède la plus grande cascade intérieure du monde

Block Chain

Comment la blockchain pourrait révolutionner la Smart City

© Sou Fukimoto - Nicolas Laisne - Dimitri Roussel

19/06/2018 Comments (0) Architecture, Immobilier, Technologie

Paris va accueillir le «Village Vertical» de Fujimoto

Pressenti pour construire la future tour Delta, à Auderghem, Sou Fujimoto va signer un immense projet en structure bois aux portes de Paris.

Alors qu’il a récemment dessiné une toute nouvelle tour pour l’entrée d’Auderghem (Delta), l’architecte japonais Sou Fujimoto a remporté le concours Inventons la Métropole du Grand Paris avec son projet mixte «Village Vertical». Mixte parce qu’on y habitera, on y travaillera et on viendra y faire du sport.

Présenté comme une «skyline poétique», le projet a été composé à la manière d’un village végétal. Les rendus 3D montrent deux bâtiments typiques de Fujimoto reliés entre eux par un pont. Les bâtiments sont composés de petites colonnes blanches qui soutiennent des auvents irréguliers, de luxueuses façades en verre et une multitude de balcons et toits végétalisés. Une ossature en bois s’étendra d’ailleurs sur tout le bâtiment jusqu’au 17e étage.

Le Village Vertical a une hauteur de 50 mètres et une largeur de 120 mètres. Sa superficie totale est de 28.200 m² dont 5.300 m² de bureaux, 17.000 m² de logements et 5.000 m² d’habitations sociales. 6000 m² d’espace communs seront répartis au rez-de-chaussée et sur les toits. De nombreux espaces extérieurs végétalisés communs et privatifs ponctuent l’édifice, créant une continuité verte avec les restaurants, la crèche, le centre communautaire et le bar panoramique. Un centre sportif qui s’étendra sur toute la hauteur d’une partie du complexe, sera muni de murs d’escalade, d’une salle de fitness et d’autres installations sportives.

  • © Sou Fukimoto - Nicolas Laisne - Dimitri Roussel
    © Sou Fukimoto - Nicolas Laisne - Dimitri Roussel
  • © Sou Fukimoto - Nicolas Laisne - Dimitri Roussel
    © Sou Fukimoto - Nicolas Laisne - Dimitri Roussel
  • © Sou Fukimoto - Nicolas Laisne - Dimitri Roussel
    © Sou Fukimoto - Nicolas Laisne - Dimitri Roussel
  • © Sou Fukimoto - Nicolas Laisne - Dimitri Roussel
    © Sou Fukimoto - Nicolas Laisne - Dimitri Roussel
  • © Sou Fukimoto - Nicolas Laisne - Dimitri Roussel
    © Sou Fukimoto - Nicolas Laisne - Dimitri Roussel
  • © Sou Fukimoto - Nicolas Laisne - Dimitri Roussel
    © Sou Fukimoto - Nicolas Laisne - Dimitri Roussel
  • © Sou Fukimoto - Nicolas Laisne - Dimitri Roussel
    © Sou Fukimoto - Nicolas Laisne - Dimitri Roussel
  • © Sou Fukimoto - Nicolas Laisne - Dimitri Roussel
    © Sou Fukimoto - Nicolas Laisne - Dimitri Roussel

Réconcilier la ville et ses habitants

Comme à Auderghem, le terrain dédié à ce projet se situe en entrée de ville, dans une zone de transition entre espaces d’activités économiques et commerciales et quartiers résidentiels, essentiellement pavillonnaires. Il se structure autour de trois convictions: une architecture emblématique, une programmation diversifiée et une démarche écologique concrète et ambitieuse. «Notre ambition est de reconstituer une couture urbaine entre le centre-ville de Paris et sa banlieue, qui a besoin d’un immense rajeunissement. Village Vertical se développera de manière progressive dans la skyline de la Métropole du Grand Paris pour atteindre 50 m de hauteur», esquisse Paul Jarquin, CEO de REI Habitat, société qui réalise des projets 100 % bois.

Comme d’autres architectes nippons, Sou Fujimoto fait naître une nouvelle typologie de bâtiments. Obsédé par la légèreté, le blanc et l’entre-deux, il entend réconcilier nature et architecture, proposer une nouvelle façon d’habiter. En février 2014, il avait déjà remporté, en collaboration avec les Français Nicolas Laisné et Manal Rachdi, un concours organisé par la ville de Montpellier. L’enjeu: imaginer une tour mixte de 10.000 m2 abritant des logements, un restaurant, une galerie d’art, un bar panoramique et des bureaux. Son édifice, encore en construction, fera date en Europe. L’Arbre blanc, de 56 m de hauteur, avait été pensé pour que ses habitants puissent vivre dehors et profiter du climat méditerranéen: les 193 balcons-terrasses (les branches de «l’arbre») sont parfois aussi vastes que les appartements dont ils dépendent. Un défi à la gravité qui sera achevé cette année.

Partagez cet article :

Tags: , , , ,

Leave a Reply