MENU

Une station de bus végétalisée qui détruit les nuages...

Norvège : un immeuble qui produit plus qu’il ne...

09/12/2019 Comments (0) Architecture, Environnement, Immobilier

Un hotel à Londres pour absorber la pollution

La vague de « l’architecture réparatrice » déferle sur Londres. Le cabinet Sheppard Robson a imaginé un immeuble de 11 étages, en plein ‘Culture Mile’, pour un futur hôtel cinq-étoiles. Il pourrait transformer huit tonnes de carbone en six tonnes d’oxygène.

À l’intérieur, 382 chambres et 860 m² de bars, restaurants, spa, rooftop ouvert au public et espace de coworking. A l’extérieur, 400.000 plantes qui viendront garnir l’espace entre les fenêtres. Avec ses 3.700 m² de façade couverts de végétation, le futur hôtel londonien Citicape House aura le « plus grand mur vivant d’Europe ». Avec, pour objectif, d’améliorer la qualité de l’air local.

Cet hôtel vert – au sens propre comme au figuré – absorbera, selon le cabinet Sheppard Robson, huit tonnes de carbone par an. Les plantes pourraient ainsi produire six tonnes d’oxygène et faire chuter la température autour de l’immeuble de trois à six degrés. À cela, on ajoute une demi-tonne de particules fines piégées chaque année.

 

  • Citicape House hotel © Sheppard Robson
  • Citicape House hotel © Sheppard Robson
  • Citicape House hotel © Sheppard Robson
  • Citicape House hotel © Sheppard Robson
  • Citicape House hotel © Sheppard Robson

Restaurer l’environnement

Le bâtiment sera situé en plein ‘Culture Mile’, une zone très fréquentée dans la City, entre Farringdon et Moorgate. Il a été conçu par le studio londonien Sheppard Robson pour remplacer un immeuble de bureaux vétuste et, surtout, pour démontrer comment le bâti peut répondre aux défis du changement climatique et de la pollution atmosphérique. Pour mettre toutes ses chances de son côté, le studio a proposé un immeuble qui est 45 fois plus vert que ce que demandent les autorités du Greater London d’après l’indice Urban Greening Factor.

Partagez cet article :

Tags: , , , ,

Leave a Reply