MENU

La plus grande ferme urbaine en toiture au monde...

Namur et Huy lancent les deux premiers téléphériques urbains...

25/10/2019 Comments (0) Autres, Mobilité

Une année de gratuité : ce que révèle l’expérience de Dunkerque

La communauté urbaine de Dunkerque, un bassin d’habitat de 200.000 personnes, a institué la gratuité des transports en bus il y a un an. Résultat : le nombre de passagers a progressé de 65 %. Parmi les nouveaux usagers, d’anciens automobilistes qui laissent désormais leur voiture au garage. Un bilan très positif qui suscite l’intérêt de nombreuses villes.

Quel bilan peut-on tirer de la mise en place de la gratuité des transports en commun dans une ville ? En France, une douzaine de communes souvent de petite taille, sont passées à la gratuité totale. Mais depuis un an, tous les regards sont tournés vers Dunkerque, dans le Nord, une communauté urbaine de 200.000 habitants qui a aboli les tickets de bus en septembre 2018.

C’est la plus grande collectivité française à avoir fait ce choix. Et le succès ne se dément pas. Premièrement, la gratuité s’est accompagnée de la mise en service de plusieurs dizaines de bus fonctionnant au gaz naturel et équipés du Wi-Fi et de prises USB. La cadence de passage a quant à elle augmenté pour s’établir à un bus toutes les 10 minutes. Et ce, sans la moindre hausse d’impôt pour les citoyens, grâce à une « taxe transport » sur les entreprises.

Créer un choc psychologique

Deuxièmement, la gratuité a eu un effet immédiat sur la fréquentation : +65 % en semaine, +125 % le week-end. La raison ? La grande simplicité d’utilisation qu’elle implique (absence de barrières pour l’achat d’un titre de transport, absence de l’obligation de validation à bord des véhicules…). Cet « effet boost » se traduit par un quasi doublement des voyages réalisés (facteur de 1,8 à Dunkerque) et, surtout, l’abandon progressif de la voiture pour les trajets quotidiens. Selon la mairie, 10% des usagers des bus ont vendu l’une de leurs deux voitures, devenue inutile.

« L’idée de la gratuité à Dunkerque, c’est vraiment de créer un choc psychologique », expose Xavier Dairaine, chef de projet Transport dans cette agglomération nordiste où les transports publics étaient très peu utilisés, la voiture étant reine. Le réseau a été revu, l’offre augmentée de près de 30%, le centre-ville réaménagé. « On sera à la fin de l’année à +80% de fréquentation », se félicite-t-il. De quoi inspirer les communes belges ?

Partagez cet article :

Tags: , , , ,

Leave a Reply