MENU
Hangzhou - XTU Architects

Dépolluer l’air grâce à des immeubles d’algues

Sense City

La ville du futur testée en miniature

15/06/2018 Comments (1) Énergie, Mobilité, Technologie

Vers la première autoroute solaire au monde

Située à l’est de la Chine, la Jinan Expressway est pavée de panneaux photovoltaïques sur deux kilomètres. Capable de produire de l’électricité, elle préfigure les autoroutes du futur.

La Chine avance à grand pas sur les routes du futur. En début d’année, le pays a inauguré la première partie de la toute première autoroute solaire au monde: la Jinan Expressway, située à 400 km de Pékin. Il s’agit pour l’instant d’une portion de 2 km traversant la ville de Jinan, dans la province du Shandong. En trois mois et demi, cette voie express a généré plus de 96.000 kWh d’énergie. Mais à terme, elle pourrait produire jusqu’à un million de kilowattheures par an, soit l’équivalent de la consommation électrique d’environ 800 logements.

Concrètement, la société Qilu Transportation Development a installé 5.875 mètres carrés de panneaux photovoltaïques miniaturisés, qui ont été posés sur un matériau isolant puis recouverts d’une couche de béton transparent et intégrés à la chaussée. L’épaisseur de la surface fait moins de trois centimètres, mais se montre extrêmement performante en termes de capacité de charge et d’adhérence, même en cas de conditions météorologiques extrêmes et de trafic important. Selon le développeur du projet, plus de 40.000 véhicules circulent chaque jour sur la route. La section routière aurait une durée de vie de 20 ans. La route produit donc de l’électricité, qui sert à alimenter les systèmes de signalisation, de vidéosurveillance et d’éclairage de l’autoroute. À terme, elle rechargera les véhicules électriques par induction.

L’alternative suédoise

Si la Chine a pris de l’avance, l’Europe n’est pas en reste. Plusieurs lignes de recherches similaires ont été inaugurées notamment en France, avec une portion de route à induction dans les Landes, et plus récemment en Suède. Long de deux kilomètres, ce tronçon test suédois, baptisé eRoadArlanda, se situe sur une voie du réseau secondaire reliant un terminal fret de l’aéroport international de Stockholm-Arlanda et un centre de logistique.

Mais à la différence de l’induction, l’énergie est ici transférée grâce à un bras articulé, situé sous le véhicule. À la manière d’un trolleybus, le bras entre en contact avec un rail logé au milieu de la voie de circulation. L’électricité est alors «aspirée» de manière électromagnétique. Elle est ensuite utilisée pour propulser le véhicule ou pour être stockée dans des batteries. En cas d’accident ou de dépassement, le détecteur déclenche le relèvement du bras et le contact est interrompu. Pour le moment, seuls les gros-porteurs sont capables d’utiliser l’installation, mais il est prévu que son accessibilité soit étendue à d’autres types de véhicules.

Environ 20 entreprises travaillent sur ce projet dont la première phase a été initiée en avril dernier. Selon les estimations, il faudrait environ 7,7 milliards de dollars pour équiper environ 20.000 km de routes de cette technologie. Un investissement qui peut être rentabilisé en 3 ans avec les coûts des recharges et les économies en carburant fossiles, selon les responsables du projet. De son côté, l’Agence suédoise de l’énergie et Volvo Group testent à Göteborg (sud-ouest) un autre système d’alimentation électrique par le sol, initialement développé pour les tramways. La mobilité du futur est pavée de bonnes intentions.

Partagez cet article :

Tags: , , , , , , ,

One Response to Vers la première autoroute solaire au monde

  1. […] sud qui est recouverte de panneaux photovoltaïques sur plus de 30 km:   Références: Divercity, CSEE power and energy, Batiactu, Truththeory. Category : News-Énergie […]

Leave a Reply