MENU

Produire de l’énergie… en se promenant !

Un Grand-Duché encore plus vert

19/08/2020 Comments (0) Views: 210 Architecture, Environnement, Technologie

Paris : Réconcilier l’urbain avec son alimentation

Un projet spectaculaire de ferme urbaine vient de voir le jour sur les toits du Palais des Expositions à Paris. L’ambition : en faire un modèle à l’échelle mondiale de production responsable.

Aubergines, fraises, tomates, blettes ou plantes aromatiques poussent désormais gaiement sur les hauteurs de Paris Expo, à la Porte de Versailles. Lorsque le projet sera complet, la ferme occupera 14 000 m2. Actuellement, elle en couvre déjà un tiers. Le projet, qui fut long et coûteux à installer, pratique essentiellement deux activités de maraîchage : l’aquaponie et l’hydroponie. Ces deux dispositifs sont gérés électroniquement. NU-Paris (pour Nature Urbaine) a fait du durable son credo. Ainsi, dans les installations aéroponiques en colonnes (qui produisent des fraises ou des salades), 90 % des eaux utilisées sont récupérées et réinjectées dans l’arrosage (qui fonctionne donc quasi en circuit fermé).

De plus, aucun traitement ni filtration de l’eau n’est nécessaire, des cultures de capucines et de bourraches remplissant parfaitement leurs fonctions phytosanitaires. Les plantes attirent en outre les pollinisateurs, même si des ruches à bourdons ont également été installées.

  • © nu-paris.com
  • © nu-paris.com

La ferme, dont les produits sont vendus à des restaurants du quartier, n’est pas accessible au grand public, pour des raisons de sécurité alimentaire. Par contre, une version réduite se visite avec un guide, ce qui permet d’en comprendre le fonctionnement et les valeurs. Comme le précise Sophie Hardy, la directrice de la ferme, « l’idée est de réconcilier l’urbain avec son alimentation, de présenter l’agriculture urbaine comme modèle d’accompagnement de la résilience de la ville de demain. L’agriculture urbaine est complémentaire de l’agriculture traditionnelle, en permettant, à sa petite échelle, de nourrir aussi la ville. » 

Enfin, les Parisiens étant nombreux à ne pas disposer d’un jardin ou d’un potager, des « carrés parisiens » de pleine terre sont loués à celles et ceux qui voudraient y développer leurs cultures. Ils bénéficient des conseils des jardiniers de NU-Paris. La production de ces parcelles devrait, à elle seule, nourrir 1 500 familles de 4 personnes pendant 6 mois, entre mai et octobre.

Partagez cet article :

Tags: , , , , ,

Leave a Reply