MENU
Net Zero Carbon

Une nouvelle norme de décarbonisation pour les bâtiments britanniques

Bucharest © Jani Godari

Revitaliser les centres urbains, un exercice d’équilibriste

26/08/2022 Comments (0) Autres, Immobilier

Semer des obligations vertes pour réussir la transition carbone

Les obligations vertes sont un levier important pour le financement de la transition écologique. Elles permettent aux entreprises et aux entités publiques de financer leurs projets environnementaux, plus particulièrement les investissements en infrastructures et, donc, en bâtiments.

La transition énergétique et environnementale en cours nécessite d’énormes investissements, notamment dans les bâtiments. Apparues vers 2014, les obligations vertes permettent aux entreprises immobilières de valoriser une démarche environnementale et de séduire les fonds d’investissement ISR (Investissement Socialement Responsable). 

Une obligation pas comme les autres 

Comme toute obligation, une obligation verte est un emprunt émis sur le marché par une entreprise ou un organisme public. Elle se distingue par une obligation d’information détaillée sur les projets qu’elles financent et leurs objectifs obligatoirement environnementaux. Généralement, elles sont un peu plus chères que les autres obligations. Cette différence s’explique par la demande supérieure à l’offre et par le « greenium », cette sorte de prime verte justifiée par leur objectif « moral », c’est un peu comme les produits bio qui sont plus chers que les autres.

Cependant, la traçabilité de l’utilisation des fonds levés n’est pas toujours facile et il n’existe actuellement pas de norme uniforme pour les obligations vertes dans l’Union, même si les récentes adoptions des EU Green Bond Standards et de la taxonomie européenne constituent un pas en avant.

Taxonomie européenne et green bonds

Budapest © Nick Shandra

Budapest © Nick Shandra

La taxonomie européenne est un système de classification verte qui traduit les objectifs climatiques et environnementaux de l’UE en critères applicables à des activités économiques spécifiques à des fins d’investissement. Elle couvre 40 % des sociétés cotées en bourse, dans les secteurs responsables d’environ 80 % des émissions directes de gaz à effet de serre. Dans le secteur immobilier, elle cible :

• la construction de nouveaux bâtiments,

• la rénovation de bâtiments existants,

• les mesures de rénovation individuelles

• l’acquisition et la propriété de bâtiments.

Les obligations vertes constituent incontestablement une arme efficace pour favoriser la transition écologique et aligner les projets immobiliers sur la taxonomie européenne. Cependant, le niveau d’émissions actuel est loin d’être suffisant. D’ici 2030, 260 milliards € seront chaque année nécessaires à la réalisation des objectifs de l’UE. Or, en 2020, année la plus faste pour les obligations vertes, à peine 24 milliards € ont été émis. Un gros effort reste donc à fournir pour réaliser les objectifs.

Partagez cet article :

Tags: , , , ,

Leave a Reply