MENU
Cirkel Solar Biennale Easmusbrug

The Solar Biennale brille sur Rotterdam

19/10/2022 Comments (0) Autres, Environnement, Immobilier, Mobilité

Varsovie relève le défi de la décarbonisation

La capitale polonaise entend transformer le défi du changement climatique en opportunité de développement de ses infrastructures publiques et de son système de transport.

Varsovie a rejoint la campagne Race to Zero, qui vise à supprimer les émissions de carbone d’ici 2050. Parallèlement, elle adoptera un plan d’action pour le climat pour réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 40 %, d’ici 2030 (par rapport à 2007).

Warsaw © Tomek Baginski

Warsaw © Tomek Baginski

Jacek Kisiel, directeur adjoint du département «air et climat» dresse un constat : «notre volonté de décarbonisation se heurte aux coûts de modernisation des bâtiments et aux politiques peu visionnaires, qui ont freiné les investissements dans l’éolien et le solaire». 

Inverser la tendance

Le principal handicap de la ville est sans doute sa dépendance au charbon et au gaz. Selon la Banque européenne pour la reconstruction et le développement, le charbon représente plus de 80 % de l’approvisionnement en énergie primaire de la Pologne. «Varsovie ne pourra pas atteindre le niveau zéro avant 2040, car les deux centrales qui l’approvisionnent en énergie fonctionnent aux combustibles fossiles», reconnaît Kisiel.

Pour y remédier, la ville introduira de nouvelles normes de construction rendant obligatoires les pompes à chaleur et les panneaux photovoltaïques dans tous les nouveaux bâtiments publics. Bémol de taille, toutefois, le conseil municipal ne pourra pas les imposer au secteur privé.  Cependant, la ville offre des subventions aux propriétaires privés désireux de s’équiper de ces technologies ou de passer à la voiture électrique.

Warsaw © Valentyn Chernetskyi

Warsaw © Valentyn Chernetskyi

Une nouvelle politique des transports

Varsovie souffre d’embouteillages récurrents, d’une mauvaise qualité de l’air et d’une pénurie de places de stationnement. La technologie MaaS (Mobility as a Service) est une solution possible à ces problèmes, soutient Jana Pieriegud, économiste spécialisée dans les transports. 

La MaaS permet de planifier, réserver et payer un trajet intermodal (c’est-à-dire utilisant plusieurs moyens de transport) sur une plateforme numérique. À Varsovie, elle est proposée par deux opérateurs se livrant à une concurrence féroce : Vooom et Take&Drive.  Cette rivalité n’est pas le seul obstacle à la MaaS. «De nombreux Varsoviens sont très attachés à leur voiture privée et beaucoup ignorent l’existence de ces plateformes, faute de soutien public», déplore le Dr Pieriegud.

Côté transports publics, la flotte de bus diesel de la ville est progressivement remplacée par des bus électriques, qui représentent actuellement 11 % des 160 bus circulant. «Si Varsovie intra-muros est bien desservie, la situation se complique lorsqu’on s’éloigne du centre-ville», reconnaît Tamas Dombi, directeur du département de gestion du trafic de la ville. Bien que Varsovie accuse donc un certain retard dans l’action climatique, par rapport à d’autres capitales européennes, ses dirigeants sont déterminés à le combler.

  «L’envie est là, mais il faudra de la patience, de la détermination, de l’argent et des connaissances pour surmonter nos difficultés sur la voie de la décarbonisation.», conclut Liszka-Dobrowolska, PDG de Climate Strategies Poland.

Partagez cet article :

Tags: , , ,

Leave a Reply