MENU

La ville durable idéale du futur, c’est déjà pour...

Brussels WTC © DR

Bruxelles : ZIN ou la reconstruction circulaire du World Trade...

14/11/2021 Comments (0) Environnement, Immobilier, Mobilité

Le vélo, outil de planification urbaine

De nos jours, de nombreuses grandes villes ont inclus la donnée « vélo » dans leur développement urbanistique, afin de favoriser un mode de vie plus sain et plus économique. Voici quelques initiatives notables d’adaptation de la ville au profit des deux-roues. 

  • A Copenhague, où 62% des habitants utilisent le vélo pour se rendre au travail, on a construit quatre ponts réservés aux cyclistes, et d’autres sont prévus. 

    Amsterdam © Vince Veras

  • Amsterdam élargit les pistes cyclables existantes, augmente le nombre de rues cyclables à faible vitesse et réaménage les principales intersections pour assurer la sécurité des cyclistes. La ville dispose même d’un plan vélo quinquennal.
  • Utrecht : En 2017, la ville a inauguré le plus grand parking à vélos du monde. Les 22 000 places sont situées près des gares pour permettre des déplacements multimodaux. Un système numérique permet aux utilisateurs de retrouver leur stationnement, tandis que le parking propose également une station-service pour vélos. 
  • A Berlin, un plan de “super-autoroutes” cyclables est actuellement mis en œuvre pour promouvoir le vélo comme moyen de transport efficace et rapide. 
  • La ville de Strasbourg s’est fixé pour objectif de créer un réseau cyclable urbain centralisé, notamment en développant le réseau de transport existant et les autoroutes cyclables “Vélostras“, soit 130 km de voies cyclables larges et éclairées.

    Malmö © Susan-q-yin

  • La ville suédoise de Malmö dispose déjà de plus de 500 pistes cyclables. Elle vient d’installer des capteurs à certains carrefours afin d’alerter les automobilistes de l’approche de cyclistes.
  • Le Luxembourg planifie l’installation d’un réseau transnational de pistes cyclables, facilitant ainsi la mobilité douce des frontaliers vivant dans la Moselle et venant travailler au Grand-Duché. 
  • Pour arriver à une ville 100% cyclable, la ville de Paris projette quant à elle d’engager 250 millions d’euros pour construire, d’ici 2026, 180 km de pistes supplémentaires. Ce développement ira notamment de pair avec le développement des double-sens cyclables, d’un permis vélo destiné aux écoles primaires, ainsi que de vélos-écoles pour les adultes. 
  • A Londres, la mesure-phare consistant à installer dans le centre historique une zone d’ultra-basses émissions de CO2 a été de pair avec l’introduction de nouvelles pistes cyclables. 
  • Amusante initiative, enfin, de la ville de Helsinki : les cyclistes peuvent dorénavant gagner un peu d’argent s’ils signalent, lors de leurs balades, et photos à l’appui, les dégradations de la voie publique à la  municipalité. 

La ville d’Amsterdam a mis au point un plan vélo quinquennal © Gemeente Amsterdam

La poule et l’œuf

Est-ce grâce à l’augmentation des cyclistes que les villes deviendront plus propres, ou au contraire parce que les villes amélioreront leurs infrastructures urbaines que la pratique du vélo se généralisera ? 

Le vélo n’est sans doute pas en soi pas une finalité pour changer les habitudes de mobilité des citoyensEn revanche, les nombreux bénéfices qu’il apporte (facilitation des échanges, inclusion sociale, accès à l’emploi, maintien en bonne santé, diminution de la pollution atmosphérique, etc.) en font un outil idéal pour la mise en place de nouvelles politiques d’aménagement urbain. 

Partagez cet article :

Tags: , , , , , , , , , , , ,

Leave a Reply