MENU
Smart City by Google

Google précise ses ambitions dans la smart city

Carina Basile

Interview de Carina Basile

hipster jesus

28/05/2018 Comments (0) Autres, Technologie

Quand les églises se muent en bornes wi-fi

Lutter contre les déserts numériques grâce aux… églises. Une idée «so british», mais tellement œcuménique.

Après les «smart cities», peut-on parler de «smart-campagnes»? Alors que les zones rurales souffrent encore du manque d’accès au web mobile, le ministère du Numérique, celui de l’Environnement et l’Église d’Angleterre ont conclu un accord visant à réduire les zones blanches, ces lieux qu’aucun opérateur de téléphonie mobile ne couvre habituellement. Le but: fournir un meilleur accès aux services publics en ligne et développer une économie numérique dans les campagnes, grâce aux églises qui sont situées au cœur des communes.

Un édifice du XVe siècle peut-il aider à améliorer la vie des gens? Si les églises suscitent l’intérêt du gouvernement britannique, c’est grâce à leur emplacement géographique jugé stratégique: «65% des églises anglicanes et 66% des paroisses en Angleterre se trouvent dans des zones rurales. Leur localisation au cœur des communautés signifie qu’elles sont souvent bien placées pour résoudre les problèmes de connectivité et de couverture», avance le communiqué de presse du gouvernement.

Au total, l’Église d’Angleterre recense 16.000 églises et 12.500 paroisses. Plus de 120 d’entre elles sont déjà équipées de systèmes permettant de fournir du haut débit: émetteur sans fil, antennes-relais, antenne parabolique ou encore fibre… Une aubaine pour le gouvernement britannique car le problème devient urgent. Alors que près d’un million de foyers britanniques n’ont toujours pas d’accès à l’Internet haut débit, le contraste entre l’Internet des champs et celui des villes, avec sa 4G et sa fibre optique, se révèle de plus en plus criant. À tel point que les nouveaux arrivants dans une commune s’inquiètent d’abord de savoir si la 4G est disponible avant même l’école, puisque même en rase campagne, l’économie est de plus en plus dépendante du numérique.

Des habitats trop isolés

Débit très irrégulier, lenteur du réseau, difficulté d’accès aux formalités administratives en ligne… Pas facile pourtant de connaître dans le détail les zones en déficit de connectivité. En Belgique, la carte des zones blanches dressée par l’IBPT indique que 220.000 habitations ne disposent toujours pas d’un accès fixe à internet avec un volume de téléchargement de 30 Mbps/seconde. Au total, 39 communes wallonnes sont en zone blanche. Pas une seule en Flandre. Alors, si les voies de la 4G restent impénétrables, la solution se trouve peut-être en haut du clocher.

Partagez cet article :

Tags: , , , ,

Leave a Reply