MENU
Amsterdam © Leon van Woerkom (cepezed)

Amsterdam : un tribunal démontable et durable

Brno Station © PLAY-TIME

République Tchèque : la nouvelle gare de Brno, un vrai...

08/10/2021 Comments (0) Architecture, Immobilier, Technologie

Rééditer l’exploit de Bilbao à Arles grâce à Frank Gehry ?

C’est en tout cas la question qui est sur toutes les lèvres suite à l’inauguration de la tour de Luma de Frank Gehry. Cette révolution urbaine fait écho à la renaissance vécue par Bilbao grâce au Musée Guggenheim dessiné par le même Gehry. 

La Fondation Luma Arles est un nouveau centre d’art contemporain qui s’étend sur une superficie construite totale de 11 hectares. Elle a été imaginée par l’architecte américano-canadien Frank Gehry, déjà auteur  de bâtiments iconiques comme la Fondation Vuitton ou la Cinémathèque à Paris ou la Maison dansante à Prague. Gehry est l’un des principaux contributeurs de cette tendance qui consiste à construire des bâtiments culturels hautement emblématiques. 

Il s’agit d’une commande de Maja Hoffman, mécène suisse, fille du cofondateur du WWF et déjà active depuis longtemps dans la « petite Rome des Gaules ». Situé dans une ancienne usine de la SNCF située à la périphérie de la ville, le campus culturel de Luma ajoute désormais une autre attraction de classe mondiale à cette petite ville, qui compte à peine 50 000 habitants, et qui était déjà réputée pour sa Fondation Van Gogh, les éditions Actes Sud ou ses Rencontres Photographiques. 

Frank Gehry Arles © Adrian Deweerdt

Frank Gehry Arles © Adrian Deweerdt

Un bâtiment déjà iconique

Parmi les caractéristiques de cette splendeur de 56 mètres de haut (qui a mis 14 ans à voir le jour) figurent une usine de biodiesel et des panneaux solaires qui fournissent une partie de l’énergie du campus, ainsi que l’utilisation d’un revêtement intérieur fabriqué à partir de matériaux locaux, notamment des déchets agricoles, des algues et du sel, pour remplacer les plaques de plâtre initialement prévues (la durabilité n’était pas encore entièrement le mot du jour lorsque Gehry a entamé sa création en 2007 !). 

Inévitablement, le bâtiment a ses détracteurs. Outre le style qui tranche clairement avec le style de la cité camarguaise, on y craint une hausse des prix de l’immobilier et une gentrification poussée à l’absurde. Dans une longue interview au magazine Dezeen, Gehry (92 ans) détaille ses préoccupations liées à la durabilité de ses bâtiments et ses envies de « faire partie de la ville mais pas de changer la ville ». L’avenir nous dira s’il sera entendu. 

Partagez cet article :

Tags: , ,

Leave a Reply