MENU

La « High-Line » de Londres a été inaugurée...

Bientôt, des « forêts urbaines » à Paris

12/08/2019 Comments (0) Architecture, Immobilier, Technologie

Comment le gratte-ciel de bureaux se réinvente

La tour Hekla à la Défense, dessinée par Jean Nouvel, se veut emblématique des gratte-ciel nouvelle génération, ouverts sur l’extérieur, connectés au quartier.

Dans le quartier de la Rose de Cherbourg, à Puteaux (Hauts-de-Seine), la première pierre de la tour Hekla vient d’être posée en juin. Haute de 220 mètres, Hekla est censée rééquilibrer au sud-ouest la skyline du quartier d’affaires de la Défense. Depuis le lancement des travaux, en 2018, les fondations ont été creusées. La livraison de cet édifice de 220 mètres est attendue pour 2022.

Rien de nouveau sur le parvis, pourrait-on penser… Et pourtant, à en croire ses concepteurs, la tour Hekla ne sera pas tout à fait la jumelle de ses sœurs qui abritent les sièges sociaux de nombreux grands groupes français, comme EDF, Engie, Thales et bientôt Saint-Gobain. Conçue par les Ateliers Jean Nouvel dans le cadre du réaménagement du quartier, elle pourra accueillir jusqu’à 5.800 collaborateurs, répartis sur 48 étages et 76.000 m² de surfaces de bureaux et de services.

Objectif avoué : séduire les salariés de la génération Millenials. Et pour y arriver, les promoteurs ont mis les moyens. Hekla comprendra de nombreux espaces communs : cinq restaurants, un auditorium de 250 places, un espace bien-être, deux business centers, des loggias et des terrasses à tous les niveaux sur 2 518 m². Au 49e niveau, un rooftop s’ouvrira sur un jardin suspendu.

  • HEKLA ©AJN
  • HEKLA ©AJN
  • HEKLA ©AJN
  • HEKLA ©AJN
  • HEKLA ©AJN

Un témoin de l’époque

« Hekla met en œuvre une révolution des usages et une révolution contextuelle : on a travaillé sur la porosité entre le bâtiment et son environnement, avec des lieux de détente, la possibilité de sortir travailler dans le parc au pied de la tour », explique au Monde Vincent Virlogeux, directeur de projet chez AG Real Estate. C’est la réinvention du modèle de la tour de bureaux, qui, pour survivre verticalement, doit s’adapter aux nouveaux modes de travail, transformer le quartier en lieu de vie, amener du commerce et des destinations de détente.

Pour sa part, Jean Nouvel a imaginé la silhouette du futur édifice comme un « cristal mais sous une forme compacte. » Sa volonté a été d’ « écrire un vocabulaire de tour qui n’existe pas », avec cette contrainte supplémentaire de devoir marquer un quartier en pleine évolution en lui offrant un jalon architectural de son temps. « L’architecture est un art de témoignage. Il lui faut des témoins pour chaque époque », conclut le concepteur.

Partagez cet article :

Tags: , , , ,

Leave a Reply