MENU

3 bureaux qui rendent heureux

Luxembourg : l’immobilier de bureaux bat des records

18/02/2020 Comments (0) Architecture, Autres, Culture, Immobilier

Pantin devient le nouveau “Brooklyn parisien”

Proche de la banlieue parisienne, Pantin se défait de ses oripeaux. Avec son aura arty, son mètre carré abordable et ses facilités d’accès, l’ancienne ville ouvrière s’impose comme la ville-phare du Grand Paris.

Galeries branchées, port de plaisance, entreprises de luxe, événements culturels… En quelques années, Pantin est devenu le « nouveau Brooklyn » parisien. La référence vient du « New York Times » qui prédisait un avenir branché à l’ancienne cité ouvrière. Depuis dix ans, cette ville populaire est le théâtre de changements saisissants, concentrés autour des berges du canal de l’Ourcq, en Seine-Saint-Denis. On y trouve en vrac une galerie d’art située dans une ancienne chaudronnerie, le Centre national de la Danse, la nouvelle Philharmonie de Paris (1,1 million de visiteurs annuels), un immense entrepôt industriel devenu le siège de l’agence de publicité BETC. Mais aussi plusieurs bars branchés, une ancienne piscine reconvertie en conservatoire et un théâtre installé dans une ancienne usine. Deux marques de luxe y ont aussi installé leurs ateliers : Chanel d’un côté, Hermès de l’autre.

  • Les grands Moulins de Pantin et le canal de l'Ourcq
  • Halles Pourchard de Pantin

Le charme du canal et l’esthétique industrielle

Dans cette zone étroite qui comptait jusqu’ici des usines, des friches et des entrepôts – mais très peu d’habitat –, on se balade désormais au bord de l’eau, le long d’une promenade aménagée. À ce décor s’ajoutent plusieurs nouveaux immeubles construits le long du canal, avec, pour certains, des milliers de mètres carrés de bureaux, de nouveaux espaces verts et équipements publics, pour d’autres une mixité de logements sociaux et de lofts d’artistes. L’objectif affiché par la mairie : créer une ville de classes moyennes aux portes de Paris, en utilisant les rives de l’Ourcq pour développer une offre de loisirs, des bars et attirer les citadins. Car la colonne vertébrale de la reconversion de Pantin, c’est bien le canal : une ancienne balafre devenue aujourd’hui un lieu de vie.

En 1997, pour valoriser et protéger son patrimoine, la commune de Seine-Saint-Denis a établi une liste de 486 bâtiments dits « sites patrimoniaux remarquables ». Aujourd’hui, les projets de réhabilitation se comptent à la pelle. Par exemple, le promoteur Alios et le cabinet d’architecture ECDM ont conçu un projet mixte pour donner une seconde vie à l’ancien site industriel des halles Pouchard. Hôtel, serres, bureaux, locaux d’activités se déploieront sur 100 000 m2, tout en préservant une partie des vastes structures industrielles qui longent le canal. Le chantier est à peine lancé que la mairie a déjà les yeux rivés sur le second plan de rénovation urbaine dont va bénéficier le quartier Villette Quatre-Chemins, jadis connu pour ses logements insalubres et ses problèmes de trafic de drogue. Ayant réussi à racheter une parcelle de terrain à la SNCF, elle va lancer la construction d’un écoquartier. Avec un slogan : « Donner l’envie de venir, et de pouvoir y rester ».

Partagez cet article :

Tags: , , , ,

Leave a Reply