MENU

Italie : l’architecture positive et généreuse au service du citoyen

Paris : une passerelle fluviale habitée et écologique

19/02/2021 Comments (0) Views: 28 Energie, Environnement, Technologie

Paris : partager la chaleur domestique

En 2015, la France s’est fixée comme objectif d’atteindre la neutralité carbone d’ici 2050. Pour y arriver, il sera essentiel de réduire les émissions liées au chauffage intérieur. Et de développer des solutions innovantes.

La feuille de route pour parvenir à cette neutralité carbone repose, en partie, sur un dispositif qui redistribue la chaleur géothermique aux maisons et aux bâtiments de la banlieue parisienne. Ce réseau inhabituel d’énergie domestique a été baptisé « réseau de chaleur ».

Un projet pilote, porté par Engie, dessert déjà 7 500 bâtiments avec du chauffage géothermique. Le projet entend démontrer comment les émissions liées au chauffage domestique peuvent être réduites jusqu’à 60 %. Le réseau de chauffage urbain de Bagneux et Chatillon fournit déjà actuellement de la chaleur à plus de 40 000 personnes dans ce quartier.   

Pour rendre les coûts gérables, les banlieues ont collaboré entre elles, créant des entreprises communes qui ont réduit les coûts de construction. Conçu comme une collaboration, le système permet à l’eau chaude de circuler dans plusieurs municipalités et dans des bâtiments individuels.

  • Paris chaleur © Engie
  • Paris chaleur © Engie
  • Paris chaleur © Engie

Une solution d’avenir pour les villes

Un réseau de chaleur urbain fonctionne comme un grand chauffage central à l’échelle d’une ville ou d’un quartier. La chaleur est produite localement à partir de diverses sources d’énergie, telles que les énergies renouvelables ou de récupération. Elle est transportée vers les usagers sous forme d’eau chaude ou de vapeur grâce à des canalisations souterraines interconnectées.

Le raccordement à un réseau de chaleur présente bien des avantages : confort et sécurité des usagers, fiabilité des installations, simplicité de fonctionnement, compétitivité et stabilité des coûts. L’utilisation d’énergies renouvelables et de récupération permet de limiter le rejet dans l’atmosphère de centaines de milliers de tonnes de CO₂ chaque année.

Partagez cet article :

Tags: , , , ,

Leave a Reply