MENU

Seattle : un centre commercial converti en logements

Se préserver de la chaleur sans allumer la clim...

08/09/2020 Comments (0) Environnement, Immobilier, Mobilité, Technologie

Quelle est la ville la plus durable et intelligente au monde ?

L’index 2020 CITIES IN MOTION classe 174 grandes villes mondiales en termes de développement. Un classement qui prend une résonance particulière en cette année de pandémie globale.

Parmi les neuf critères pris en compte, on relèvera le capital humain (savoir attirer et retenir ses talents) et la cohésion sociale (être inclusif, promouvoir la diversité et répondre aux besoins de chaque communauté). Mais aussi les aménagements et solutions durables, la bonne gouvernance ou la mobilité. Cette année, un nouveau critère avait été ajouté à la grille d’évaluation : la résilience des villes suite au Covid-19.

And the winner is… London !

La capitale anglaise doit sa première place à une bonne performance dans la plupart des catégories entrant en ligne de compte pour le classement. New York est 2e, suivie par Paris. Dans le top 10, on trouve Tokyo, Reykjavik, Copenhague, Berlin, Amsterdam, Singapour et Hong Kong. Dans le bas du classement : Lagos (Nigeria), Lahore et Karachi (Pakistan) et Caracas (Venezuela).

Londres ne performe toutefois pas dans chaque catégorie : la métropole obtient ses meilleurs résultats dans les domaines du capital humain, de la gouvernance, des aménagements urbains, de la mobilité, des transports et de la technologie. Par contre, ses scores sont assez faibles sur le plan de la cohésion sociale (64e) et de l’environnement (35e).

Les villes européennes occupent 27 des 50 premières places mondiales. Deux villes belges sont présentes dans cet index : Bruxelles (41e) et Anvers (76e).

Covid-19 et résilience

Dans le contexte si particulier de la pandémie qui a frappé le monde entier cette année, les conclusions de cette étude soulignent le changement vital des besoins et priorités des populations urbaines. Et, partant, l’obligation qu’auront les villes d’adapter leurs politiques. L’accent est également mis sur la nécessité de collaborations entre pouvoirs publics et secteur privé.

Voici quelques-unes des conclusions importantes de cette étude CITIES IN MOTION.

Les 9 critères pris en compte par l’index CITIES IN MOTION. © IESE.

Les gens d’abord

La crise du Covid-19 a clairement montré qu’une conception urbaine intelligente implique de se préoccuper avant tout de la qualité de vie de ses habitants. Si les citoyens souffrent, c’est la ville elle-même qui périclite. D’où l’importance de politiques de développement qui, par exemple, déboucheront sur des emplois décents, ou qui veilleront à ce que telle ou telle catégorie de population ne soit pas à la traîne.

Une nouvelle stratégie pour un nouvel environnement

Les mesures de distanciation sociale vont rendre difficile le tourisme de masse à bas prix dans certaines grandes villes. Il faudra repenser l’offre de transports pour garantir une distance minimale entre les passagers. Mais aussi revoir la manière dont les citoyens s’approprient les espaces verts.

Intégrer la résilience dans la stratégie urbaine

Jusqu’à présent, seules les catastrophes naturelles étaient – parfois – prises en compte dans la gestion des villes. Le Covid a montré que la capacité des villes à se relever suite à une crise sanitaire ferait dorénavant partie intégrante de la politique de développement d’une ville.

Une collaboration accrue

L’étude démontre que si tous les acteurs d’une cité (secteur privé, monde académique, autorités et organisations civiques et sociales) collaborent, les villes rebondissent plus rapidement. Autrement dit, il faut arrêter de penser en silos.

Liens entre les territoires

Ces dernières décennies, on a souvent constaté une hégémonie des villes sur les campagnes. Le ralentissement général a montré leur interdépendance (c’est plus souvent la campagne qui nourrit la ville que l’inverse). Cette réalité est une invitation à revaloriser et à renforcer les liens entre territoires urbains et ruraux. La reprise économique et sociale post-Covid sera l’enjeu majeur des mois à venir. Et, dans cette dynamique, les villes auront, on le voit, un rôle crucial à jouer.

L’index CITIES IN MOTION est coordonné par la IESE Business School´s Centre for Globalisation and Strategy, qui dépend de l’Université de Navarre (Espagne).

Partagez cet article :

Tags: , , ,

Leave a Reply