MENU
Un futur gratte-ciel de Manhattan en forme de U

Un futur gratte-ciel de Manhattan en forme de U

La biosphère géante d’Amazon

La biosphère géante d’Amazon

Des cabines de sieste en pleine ville

23/05/2017 Comments (0) Architecture

Des cabines de sieste en pleine ville

Comment rendre la ville plus agréable tout en maximisant l’espace urbain? Des architectes ont imaginé la solution: un arbre dont les nids vous accueillent pour vous débrancher. Une nouvelle manière de faire un break en ville, sans la quitter.

En ville, difficile de décompresser. On y travaille, on y vit, on la traverse, souvent en voiture et toujours en tentant d’optimiser nos déplacements. En moyenne, les déplacements et le travail occupent 70% de notre temps actif. Les instants d’accalmie sont rares. Les lieux de décompression aussi… Est-ce une fatalité? Deux architectes polonais du cabinet OCTO ont travaillé la question.

Pour permettre à la population urbaine de faire une sieste après le déjeuner, et de se détendre sans quitter la ville, ils ont imaginé le «Tree Hopper», ou arbre kangourou. Cette structure est constituée de cocons transparents, tissés en polyester, qui s’accrochent dans les arbres. Sans les blesser. Ces alvéoles, dans lesquelles on peut s’asseoir ou s’allonger en toute sécurité, sont à peine plus rigides qu’un hamac. Mais suffisamment flexibles pour permettre à l’arbre – et à ses convives – de se balancer au gré du vent.

  • Des cabines de sieste en pleine ville
    Tree Hopper
  • Des cabines de sieste en pleine ville
    Tree Hopper
  • Des cabines de sieste en pleine ville
    Tree Hopper
  • Des cabines de sieste en pleine ville
    Tree Hopper

Un break dans les branches

Enroulé le long du tronc, un escalier en spirale donne accès aux plateformes communes contenant toilettes et douches d’eau de pluie. Passé la porte – une simple fermeture éclair – on accède à son nid privé. Chaque cocon a été pensé de manière à laisser entrer la lumière naturelle et faire circuler l’air frais, tout en respectant l’intimité de son hôte. À l’intérieur, des couchettes vous accueillent, ainsi qu’une lampe LED pour bouquiner. On peut aussi venir y travailler ou surfer sur Internet, car chaque cocon est équipé d’un port USB et d’un relais wi-fi.

Pour l’heure, seuls des prototypes ont été réalisés, mais ils seront bientôt installés à Londres, à Puerto Rico et à Varsovie. Et puisque l’homo numericus redoute de voir trancher le merveilleux cordon ombilical qui le connecte au monde – son smartphone, pas la nature –, et finalement à lui-même, une application permettra de géolocaliser les «arbres à sieste» pour vous y rendre dès le premier bâillement.

© otco

Partagez cet article :

Tags: , , , ,

Leave a Reply