MENU
Des cabines de sieste en pleine ville

Des cabines de sieste en pleine ville

Naked Houses © OMMX

Londres teste l’accès égalitaire à la propriété

29/05/2017 Comments (0) Architecture

La biosphère géante d’Amazon

Après le «vaisseau spatial» d’Apple qui s’est posé à Cupertino, en avril, et le «datacenter flottant» de Google à San Francisco, Amazon révolutionne à son tour ses bureaux.

Il y a vingt ans, le 15 mai 1997, l’entreprise créée par Jeff Bezos faisait son entrée sur les marchés. Deux décennies plus tard, Amazon a non seulement survécu mais est devenu le vrai fleuve que son nom annonçait. En développant ses centres logistiques aux quatre coins du monde, l’entreprise a fait passer ses effectifs de 250 à 270.000 employés. Des travailleurs que le géant de l’e-commerce, dont les méthodes de management sont connues pour être anxiogènes, entend désormais chouchouter.

Son pari? Un nouveau siège dans le quartier Denny Triangle, à Seattle, la ville où tout a commencé… Étalé sur 80.000 m², le nouveau quartier général d’Amazon incarnera la puissance financière et l’influence planétaire du géant du Web. Mais avec une touche volontairement «disruptive». Dès 2018, les salariés travailleront dans trois buildings de 38 étages, assez classiques, au pied desquels d’étonnantes biosphères auront fleuri. Trois bulles de verre d’une vingtaine de mètres de hauteur, mêlant végétation et bureaux.

Green thérapie

Dotés d’un microclimat ambiant, ces trois dômes de verre seront garnis de 400 variétés d’arbres et de plantes tropicales. Une végétation luxuriante (40.000 plantes au total), parsemée de ruisseaux d’intérieur et de ponts suspendus. Inondé de lumière naturelle, l’ensemble doit servir d’«espace de ressourcement» aux employés d’Amazon. Selon Dale Alberta, l’architecte principal du projet, ces biodômes aideront les employés à «réfléchir de manière plus créative et à susciter des idées qui n’auraient pu émerger dans des bureaux traditionnels.» Pourquoi des sphères? «C’est la manière la plus efficace de contenir les volumes, sans les enfermer. Car l’idée, c’était de créer une enveloppe protectrice, qui incite au calme, à la convivialité et à l’imagination», explique l’architecte de NBBJ, l’agence derrière le nouveau campus d’Amazon.

Peut-être est-ce le temps passé derrière les écrans, mais dernièrement, les géants de la technologie rivalisent d’ingéniosité pour reconnecter leur personnel à la nature. Airbnb a ainsi installé un mur végétal dans le hall de son quartier général, à San Francisco. Apple va planter une forêt de 8.000 arbres dans son nouveau campus à Cupertino. Quant à Adobe, elle a incorporé des éléments de design végétal au cœur de ses bâtiments à San Jose, en Californie.

L’espace de travail est un nouveau lieu d’expression. Amazon l’a compris. Ambitieux sur le plan architectural, le projet intégrera aussi un parc, une piste cyclable, des restaurants, magasins, salles de sport… Soit une «ville dans la ville», conçue pour que les salariés y trouvent tout ce dont ils ont besoin, sans quitter leur bureau.

Pour montrer l’évolution du projet au jour le jour, un compte Instagram a été créé: seattlespheres

Partagez cet article :

Tags: , , , ,

Leave a Reply