MENU
Metz adopte une nouvelle Muse

Metz adopte une nouvelle Muse

Shanghai Tower

Shanghai voit la ville en vertical

Kengo Kuma prend la folie des grandeurs à contre-pied

31/05/2016 Comments (0) Architecture

Kengo Kuma prend la folie des grandeurs à contre-pied

L’architecte japonais Kengo Kuma enchaîne les projets aux quatre coins du monde. Présenté comme l’un des fers de lance de l’architecture durable, il vient d’être récompensé d’un Global Award for Sustainable Architecture.

Le 9 mai dernier, l’architecte japonais Kengo Kuma figurait parmi les lauréats de la 10e édition des Global Awards for Sustainable Architecture. Lancées à l’initiative de la Locus Foundation, ces récompenses saluent le travail d’architectes internationaux pionniers dans l’utilisation de méthodes durables et responsables. Devant l’assemblée réunie à la Cité de l’Architecture et du Patrimoine à Paris, Kengo Kuma en a profité pour exposer sa vision des villes durables.

L’architecture moderne se résume-t-elle à bâtir toujours plus grand, toujours plus haut ? Pas pour Kengo Kuma. S’il reste l’auteur de projets pharaoniques – il construira notamment le nouveau stade olympique de Tokyo en prévision des Jeux de 2020 – l’architecte japonais aujourd’hui âgé de 62 ans plaide pour une architecture à taille humaine afin de mieux s’intégrer dans son environnement naturel. En 2008 déjà, son manifeste « Anti-Object : The Dissolution and Desintegration of Architecture » esquissait les contours d’une réflexion qui entend remettre nos édifices dans une relation d’harmonie avec la nature, et non plus de domination.

Cette philosophie se traduit concrètement par une approche qui joue sur les effets de lumière naturelle et recourt à des matériaux traditionnels.

L’héritage de Fukushima

Depuis la publication de « Anti-Object », un événement majeur est venu appuyer les thèses de Kengo Kuma : la catastrophe de Fukushima en 2011. Après le tremblement de terre qui a mis à mal toute l’industrie nucléaire nippone, Kengo Kuma livrait sa propre lecture de l’évolution technologique : un monde qui va progressivement aller du grand vers le petit, qui va apprendre à se passer de ses grands systèmes (tels l’énergie nucléaire) et va amener l’Homme lui-même à devoir se transformer. Il préconise ainsi « l’utilisation de nos mains et de nos ruses animales pour créer notre nid et notre énergie. »
L’auteur égratigne au passage le dogme du béton et de l’acier, réputés jusqu’alors capables de résister à la nature mais qui ont montré leurs limites quand les éléments se sont déchaînés. Il en appelle dès lors à des ouvrages de taille plus réduite, recourant à des techniques héritées de l’artisanat ancestral. Tradition oblige, il n’hésite pas ainsi à habiller de nouvelles constructions de murs en chaume, des cloisons en papier de riz ou des structures en bambou. Il réhabilite d’ailleurs la technique du « chidori », issue d’un jeu de construction pour enfants, qui consiste à assembler des poutres pour créer une structure solide. En témoigne le bâtiment qu’il a réalisé pour le Starbucks Café de Tokyo, qui repose sur une structure entièrement faite de bois.

Les organisateurs des Global Awards ont été séduits par cette approche et ont souligné le recours à « des matériaux qui ne sont plus seulement durables, mais offrent une myriade d’avantages sur le plan social, historique et philosophique. »

Des projets à foison
Le travail de Kengo Kuma ne peut toutefois être réduit à des réalisations de taille modeste. Comme toute signature de renommée internationale, l’architecte demeure en effet très demandé. Il vient ainsi de dévoiler les plans d’une future tour résidentielle à Vancouver qui présentera un étonnant profil… incurvé. Plus près de chez nous, le bâtiment de Fonds Régional d’Art Contemporain (FRAC) à Marseille et ses innombrables panneaux de verre indépendants ou la Cité de Musique à Besançon et sa toiture végétale ont considérablement marqué les esprits.

  • Kengo Kuma - Starbucks-Coffee
    Kengo Kuma - Starbucks-Coffee
  • Kengo Kuma - Sunny Side © Daici Ano
    Kengo Kuma - Sunny Side © Daici Ano
  • kengo kuma - FRAC - Marseille © Nicolas Waltefaugle
    kengo kuma - FRAC - Marseille © Nicolas Waltefaugle
  • Kengo Kuma - Besançon © Nicolas Waltefaugle
    Kengo Kuma - Besançon © Nicolas Waltefaugle

Découvrez les projets de Kengo Kuma

© Photo : The Courier
Partagez cet article :

Tags: , , ,

Leave a Reply