MENU

Une « forêt » de bureaux à Lille

HerCity © Wisma Urcine

Urbanisme : la parole aux femmes

Paris © Kazuo Ota

27/05/2021 Comments (0) Énergie, Environnement, Immobilier, Mobilité

La logistique urbaine, un enjeu stratégique et durable

Coup de projecteur sur la gestion, dans les meilleures conditions, des flux de marchandises qui entrent, sortent et circulent dans la ville.  

En mars 2021, un webinaire organisé par le groupe bancaire Natixis a permis de mieux cerner les enjeux d’un secteur industriel qui, jusqu’au confinement du printemps 2020, était encore largement dirigé vers une activité B2B, celle de la « livraison du dernier kilomètre ». En une année seulement, les chiffres se sont inversés :  70% des livraisons sont désormais destinées aux particuliers (développement du télétravail, explosion de la vente par correspondance…). 

 Bien entendu, cette pratique génère des nuisances : augmentation de la circulation, surface des lieux de stockage et pollution (on considère que les livraisons sont responsables d’un tiers des nuisances environnementales en ville).

Paris Paris livraison © Thomas Habr

Paris © Thomas Habr

Optimiser les règles et les flux

Classiquement, les grands entrepôts sont situés en dehors des villes, où des camions viennent charger les marchandises à livrer en ville, sachant que  80% de la population française vit en zone urbaine. Or, ces produits ne se téléportant pas (encore) jusqu’à leur destination, les grandes entreprises, tant publiques que privées, réfléchissent actuellement à des manières de rendre ces transports plus doux pour les grandes villes. 

Quelques exemples :  privilégier les boucles courtes, en optimisant les tournées grâce aux data et aux technologies smart ; installer la logistique intra-muros en transformant en entrepôts urbains d’anciens parkings ou stations-service qui ont perdu leur utilité en raison de la baisse de la circulation automobile en ville.Les municipalités devront faire leur part du chemin, par exemple en harmonisant les règlementations : certaines villes autorisent les livraisons le matin, d’autres le soir… 

Enfin, il conviendra de développer des moyens de livraison plus adaptés à des centre-ville, comme les vélos-cargo ou les véhicules électriques. Car, même si les marchandises transitent aujourd’hui pour 11% par bateau ou train (le reste étant encore essentiellement du transport routier), encore faut-il les acheminer à l’adresse du destinataire. Une grande ville comme Paris est autosuffisante trois jours. Après, ça se complique. Il est donc vital d’intégrer la logistique dans les enjeux urbains de demain et de l’adapter à nos nouvelles manières de vivre et de consommer. 

Partagez cet article :

Tags: , ,

Leave a Reply