MENU

Art for Cities : ATENOR expose le Street Art

Deux nouveaux concours sur des projets bruxellois emblématiques

12/11/2019 Comments (0) Architecture, Culture, Technologie

Quand l’architecture cinétique fait vivre les bâtiments

De statiques et fermés, certains bâtiments deviennent vivants et organiques grâce à une architecture cinétique : parfois pour s’ouvrir à davantage de luminosité ou, au contraire, se protéger du soleil. Zoom sur trois projets cinétiques signés Foster + Partners et Heatherwick Studio, Aedas et HOK.

1. Une façade qui joue au rideau

La Fondation Fosun de Shanghai est un complexe culturel inspiré des théâtres traditionnels chinois. La façade du bâtiment de 4000 mètres carrés est recouverte de trois couches en rideaux, constituées de tubes cuivrées animées d’un mouvement constant. Conçue conjointement par le célèbre cabinet d’architecture de Norman Foster et le studio de design fondé par l’architecte Thomas Heatherwick, la façade du théâtre bouge en continu pour rappeler les rideaux de théâtre.

2. Des tours qui dansent avec le soleil

Étranges cactus high-tech surplombant à 145 mètres de hauteur la capitale des Emirats arabes unis, les tours Al-Bahar s’imposent en gratte-ciel écolos aussi innovants que vertueux. Leur secret pour parvenir à consommer deux fois moins d’énergie ? L’agence britannique Aedas Architects a partiellement revêtu les façades d’une double peau de panneaux amovibles pilotés par ordinateur : des moucharabiehs new-look qui s’ouvrent et se ferment suivant les besoins et la course du soleil, limitant ainsi l’usage de la climatisation et l’éclairage artificiel des bureaux en plein jour.

3. Un toit conçu comme un diaphragme

Inauguré en août 2017, le Mercedes-Benz Stadium à Atlanta accueille 70.000 places. Et pour beaucoup, il est le stade le plus novateur au Monde. Son atout : un toit gigantesque qui s’ouvre comme par magie. Le cabinet d’architecture HOK a imaginé un toit rétractable composé de huit panneaux triangulaires translucides qui, une fois ouvert, donne l’impression d’ailes d’oiseau déployées. Autre spécificité, un mur vitré capable de s’ouvrir en même temps que le toit a été prévu afin d’aérer le stade. L’architecte Bill Johnson explique que c’est le diaphragme à iris motorisé d’un objectif photographique qui a inspiré le projet. En journée, le toit permet de réguler le débit d’entrée de la lumière dans le stade.

  • Al Bahar Towers Aedas
  • Al Bahar Towers Aedas
  • Al Bahar Towers Aedas
  • Theatre Foster Partners and Heatherwick Studio
  • Theatre Foster Partners and Heatherwick Studio
  • Theatre Foster Partners and Heatherwick Studio
  • Theatre Foster Partners and Heatherwick Studio
  • Theatre Foster Partners and Heatherwick Studio
Partagez cet article :

Tags: , , , ,

Leave a Reply