MENU

Pantin devient le nouveau “Brooklyn parisien”

Les bâtiments qui marqueront l’année 2020

28/02/2020 Comments (0) Architecture, Énergie, Technologie

Une smart city Toyota au pied du mont Fuji

La firme japonaise, Toyota, a prévu d’y créer un prototype de ville du futur. Le cabinet d’architecte danois Bjarke Ingels va collaborer à ce projet.

Il n’y a pas que Google qui rêve de bâtir un quartier connecté. Récemment, le constructeur Toyota a annoncé vouloir faire sortir de terre sa propre ville du futur, au pied du mont Fuji. C’est lors du CES qui s’est déroulé à Las Vegas début janvier, qu’Akio Toyoda a dévoilé son projet pharaonique : bâtir une ville baptisée « Woven City » (en français « Ville tissée »). Mobilité partagée, intelligence artificielle, robotique, énergies renouvelables… « Woven City sera le prototype d’une ville du futur, où les gens vivent, travaillent, jouent, et participent à un laboratoire vivant », annonce le CEO de Toyota.

Bâtie sur les ruines d’une ancienne usine, Woven City s’étalera sur un terrain de 70 hectares et accueillera quelque 2 000 habitants. L’accès sera d’abord donné aux employés de Toyota et à leurs familles, et dans un second temps à des retraités, des commerçants, des chercheurs, ainsi que des partenaires industriels. La ville sera alimentée par la technologie de la pile à combustible à hydrogène de Toyota. L’objectif, pour le géant automobile, étant de tester ses technologies à ciel ouvert, qu’elles soient liées à la domotique, aux véhicules autonomes ou encore aux énergies propres.

Un laboratoire durable et habité

Les technologies de mobilité urbaine seront naturellement au cœur du projet. Pour les déplacements, Toyota entend créer trois voies dédiées pour chaque type de mobilité : le transport rapide, avec par exemple des voitures autonomes, une voie pour les mobilités douces, et une dernière réservée aux piétons. Côté habitat, des maisons connectées remplies d’IA et de capteurs testeront en continu de nouveaux services résidentiels, comme par exemple réapprovisionner automatiquement le frigo, sortir les poubelles, mais aussi s’assurer de la bonne santé des habitants…

C’est l’architecte danois Bjarke Ingels – à qui l’on doit notamment le siège social de Google en Californie et les deux gratte-ciels du World Trade Center – qui a été sollicité pour dessiner Woven City. Sa mission sera, avant tout, de construire des habitations dans des matériaux durables et d’injecter de la vie dans une cité a priori très technocentrée. À l’instar du quartier de Quayside de Toronto, piloté par la filiale de Google Sidewalks Labs, les bâtiments seront essentiellement conçus en bois. Autre similitude avec le projet de Google, un réseau souterrain pour le transport des biens et des déchets devrait être mis en place. Les premiers chantiers pourraient être lancés dès 2021.

Plus d’infos : https://www.woven-city.global

Partagez cet article :

Tags: , , , ,

Leave a Reply