MENU
Ferrero Office © FVB

Luxembourg : où se trouve le bureau de l’année 2021 ?

Du sable artificiel et écologique pour la construction

© Presse750 | Dreamstime.com

10/03/2022 Comments (0) Architecture, Atenor, Autres, Environnement, Immobilier

Animer les rez-de-chaussée pour faire vivre les quartiers

La dernière biennale d’architecture de Venise nous le demandait frontalement : « How will we live together ? » Après deux ans de pandémie et de villes désertées, il est bon de se pencher sur la vivacité du rez-de-chaussée, car c’est par là que reprendra toute l’activité sociale, participative, professionnelle, humaine et économique de nos cités.

 

Lorsqu’on imagine un immeuble commercial (logements ou bureaux), il faut également réfléchir aux rencontres sociales, civiques et économiques qui découleront de cette nouvelle implantation. Cela se fera obligatoirement au niveau de la rue, et uniquement en incluant les habitants du quartier et pas seulement les occupants du nouvel édifice. Parce que c’est au niveau du rez-de-chaussée que la ville s’anime, où se joue la vie publique.Les entrées et sorties des bureaux, des commerces, des gens assis à une terrasse pour prendre un verre ou manger un morceau – tout se passe au niveau de la rue, au rez-de-chaussée.  Ces dernières années, le concept de ground floor activation est ainsi devenu l’un des principaux enjeux du développement immobilier et de l’urbanisme. 

La limite de l’espace public et privé

Prenons l’exemple typique, quasi cliché, d’un nouvel immeuble de bureaux avec un café au rez-de-chaussée. Ce type de dispositif est très sympa et amène de la vie dans le quartier. Mais même si les habitants des grandes villes adorent le café, on ne peut pas installer un bar – ou même un commerce – dans chaque bâtiment. Une ville a donc besoin de solutions aussi variées que ne l’est son tissu et sa population, et elle doit constamment en inventer de nouvelles.

Les nouveaux modes de vie, de travail et de socialisation ont engendré des rez-de-ville différents et adaptables : un loft situé en bordure de rue, un espace de coworking, une salle de sport, une maison de quartier, un local pour les vélos, un atelier de réparation en circuit court … ou un parking. Les parkings sont sans doute le rez idéal pour les développeurs de bureaux ou d’immeubles d’habitation, car leurs futurs occupants en auront besoin. Sauf que de plus en plus, les promoteurs s’orientent vers des solutions durables de mobilité douce et qu’à multiplier les parkings, on créera des endroits ternes et sans vie pour le quartier, peu importe l’argent qui sera dépensé pour l’aménagement paysager. On le sait, faire vivre une communauté urbaine implique une offre mixte, variée et attractive. En ce y compris les rez-de-chaussée. 

L’objectif des développeurs immobiliers, c’est finalement de créer des bureaux (ou des logements) dont les occupants pourront satisfaire la quasi-totalité de leurs besoins quotidiens en matière d’équipements, de services, de transport, d’emploi et de loisirs à une distance raisonnable de marche. Une philosophie assez proche de la fameuse ville du quart d’heure imaginée à Paris.

Partagez cet article :

Tags: , , ,

Leave a Reply