MENU

Des pistes pour relancer le commerce en centre-ville

Paris Le Bridge © Nicolas Grosmond

Paris : La ville au cœur du bureau, le bureau...

© Chuttersnap

11/10/2021 Comments (0) Architecture, Autres, Culture, Environnement, Technologie

Forêts urbaines : gadgets ou vraies solutions ?

C’est un fait : en milieu urbain, un massif forestier permet de réduire la température à l’ombre de ses arbres de 2 degrés par rapport au reste de la ville. En voici deux exemples excitants qui sont en plein développement. Avec une ambition : engager les citoyens dans une nouvelle culture verte, essentielle pour affronter l’avenir proche.

Pour lutter contre le changement climatique et la pollution, Madrid a décidé de construire un mur vert autour de la ville. Une forêt urbaine de 75 kilomètres de long avec près d’un demi-million de nouveaux arbres. Le projet utilisera également des sites abandonnés situés entre les routes et les bâtiments pour aider à absorber 175 000 tonnes de CO2 par an.

« Ce que nous voulons, c’est améliorer la qualité de l’air dans toute la ville », explique Mariano Fuentes, conseiller municipal de Madrid pour l’environnement et le développement urbain. « Cette initiative permettra de combattre l’effet d’îlot de chaleur, d’absorber les émissions de gaz à effet de serre générées par la ville et de relier toutes les masses forestières qui existent déjà autour de la cité. »

Vue d’artiste de la future forêt urbaine devant l’Hôtel de Ville à Paris. © Ville de Paris/Apur/ Céline Orsingher

Vue d’artiste de la future forêt urbaine devant l’Hôtel de Ville à Paris.
© Ville de Paris/Apur/ Céline Orsingher

Rafraîchir la ville

A Paris, un projet similaire a quant à lui un peu plus de mal à émerger. La capitale française s’apprêtait en effet à accueillir quatre forêts urbaines permanentes, suite à une annonce datant de 2019. Anne Hidalgo, la Maire de Paris, prévoyait en effet de végétaliser quatre sites emblématiques : le parvis de l’Hôtel de Ville, celui de la gare de Lyon, la place derrière l’Opéra et une voie des Berges de Seine. Deux ans plus tard, deux de ces quatre projets sont déjà à l’arrêt et les deux autres n’ont plus de date de réalisation précise. L’idée était ambitieuse : il s’agissait notamment, sur deux des quatre sites, de remplacer le premier niveau des parkings souterrains par de la terre, pour que de gros arbres puissent s’y enraciner. L’ensemble semble se heurter à de « lourdes difficultés techniques », essentiellement liée aux réseaux souterrains. Mais la ville a déjà annoncé trois autres projets similaires, où l’utilisation du sous-sol est encore vierge. 

Partagez cet article :

Tags: , , ,

Leave a Reply