MENU

Namur et Huy lancent les deux premiers téléphériques urbains...

Quand l’architecture cinétique fait vivre les bâtiments

28/10/2019 Comments (0) Autres, Mobilité, Technologie

La Norvège veut construire le premier tunnel flottant du monde

Dans les années 50, Erik Ødegård, ingénieur au sein de l’office public norvégien en charge de la gestion des routes, imaginait un tunnel flottant sous-marin pour traverser les fjords. Septante ans plus tard, son souhait est sur le point de devenir réalité. Le pays envisage en effet de construire trois infrastructures de ce type pour relier le Danemark à la Norvège par une autoroute sous-marine.

Le Sognefjord est le fjord le plus long d’Europe. Pour les touristes, c’est l’une des ballades les plus appréciées de Norvège avec ses cascades et ses rivières. Mais c’est aussi une frontière infranchissable pour des milliers d’automobilistes. Ils se retrouvent obligés de faire de larges détours ou d’attendre les passages des ferries. Un trajet qui peut durer au minimum 21 heures.

Le gouvernement norvégien a dès lors décidé de lancer, en 2016, un projet de tunnels et de ponts entièrement sous l’eau. Pour relier les eaux des fjords, deux tubes de béton seront immergés à 30 mètres de profondeur, pour ne pas subir l’effet des vagues, et ne pas gêner le trafic maritime. Ces tunnels seraient soit retenus par des sortes de pontons qui flottent en surface, soit arrimés au fond du fjord par des câbles d’acier. Ce pont, qui traverserait près de 8 fjords, serait potentiellement le plus long pont flottant du monde. Un projet qui coûterait aux alentours de 35 milliards d’euros, et ne devrait pas être terminé avant 2050.

  • Kristian Berntsen - Statens vegvesen
  • Statens vegvesen - Vianova
  • Vianova - Baezeni
  • Vianova - Baezeni
  • Vianova - Baezeni

Galeries sous-marines

Dans le Bjørnafjord, une ancienne vallée glaciaire, les autorités ont commencé à réfléchir à l’idée d’un tunnel sous-marin dès 2014. Elles ont alors imaginé un ouvrage immergé à seulement 30 m de profondeur et long de 5 km. Mais au lieu d’un tunnel, c’est finalement un pont suspendu qui sera construit. D’autres sites sont toutefois actuellement à l’étude pour accueillir ce type de galerie sous-marine : deux au niveau des sites de Sulafjord (4 km de long) et un autre au niveau du détroit de Digernessundet (600 m de long). Cette option est d’ailleurs bien partie pour être retenue.

Partagez cet article :

Tags: , , , ,

Leave a Reply