MENU

Une année de gratuité : ce que révèle l’expérience...

La Norvège veut construire le premier tunnel flottant du...

28/10/2019 Comments (0) Autres

Namur et Huy lancent les deux premiers téléphériques urbains de Wallonie

Moins cher qu’un tramway, le transport par câble s’installe sur les collines, traverse les routes et les fleuves. Mais si de nombreuses villes européennes mènent des projets d’étude à ce niveau, deux villes wallonnes vont réhabiliter le téléphérique : Namur et Huy.

Demain, pourra-t-on traverser la ville en téléphérique ? Avec leurs réseaux tentaculaires de bus, de trams et de voitures, les villes suffoquent sous les embouteillages. Du coup, les alternatives contre le “tout auto” s’amoncellent. Et le téléphérique, comme transport urbain, fascine. Jusqu’à 7 000 passagers pourront ainsi être transportés chaque jour dans les cabines traversant le fleuve Amour, qui sépare la Chine et la Russie. A Londres, le téléphérique Emirates Air Line permet de traverser les deux rives de la Tamise et d’obtenir une vue à 360° de la capitale.

Voyager d’un point du centre-ville vers l’autre en quelques minutes, sans passer par les embouteillages des heures de pointe. Ou encore tout simplement traverser la ville sans devoir prendre sa voiture, ni avoir les pieds au sol. C’est le défi du bureau wanzois Contraste Architecture qui a été chargé de la conception de deux téléphériques et de leurs gares, tant à Huy qu’à Namur. Deux projets de transport par câble, autrement dit de téléphérique urbain, mais deux cadres et des implications sur l’espace existant très différents.

  • Huy © Contraste Architecture
  • Huy © Contraste Architecture
  • Namur

Mobilité rapide

Le premier permettra à la Ville de Huy de réactiver son téléphérique et d’installer un ascenseur extérieur vitré au fort. En effet, en avril 2012, un hélicoptère heurtait les câbles du téléphérique, marquant l’arrêt de l’outil touristique. La Ville de Huy entamait alors une réflexion sur le tourisme et la réhabilitation du téléphérique avec un ambitieux Master plan, initié en 2015. L’aménagement de l’esplanade Batta s’inscrit précisément dans le cadre de cette réhabilitation. Le modèle des cabines retenu est semblable à celui du téléphérique de Faro à Toulon, en France. Elles auront une capacité de 17 places et une zone d’observation au niveau du plancher. Le permis d’urbanisme ayant été octroyé, les travaux devraient commencer au printemps 2020 pour s’achever en 2021.

Attractivité touristique

A Namur, toute la stratégie se concentre autour de la Citadelle : le site accueille chaque année 300 000 personnes grâce aux événements musicaux, artistiques et sportifs qui y sont organisés. En 2020, le site sera relié au centre-ville avec le projet de nouveau téléphérique. Mais l’octroi du permis a été retardé de plusieurs mois, pour respecter les remarques des citoyens lors de l’enquête publique. Début 2019, la Région Wallonne recommande aux constructeurs du téléphérique de concevoir une station à l’architecture contemporaine sur la place Maurice Servais. Et ceci, afin d’éviter le « faux vieux ». Mais les maquettes ont dû être revues pour davantage d’épure.

Partagez cet article :

Tags: , , , ,

Leave a Reply