MENU
Beton de chanvre © Elodie Dupuy

France : un premier bâtiment public construit en béton de...

katowice For a Change

La Pologne accueillera le Forum urbain mondial

© Aleksandr Potashev | Dreamstime.com

22/03/2022 Comments (0) Architecture, Autres, Énergie, Environnement, Immobilier, Technologie

Les avantages du bois dans la construction

Suite de notre série consacrée au bois de construction. Après avoir planté le décor et expliqué d’où vient le bois de nos bâtiments, nous avons demandé à la société Wood Shapers de nous détailler les nombreux avantages du bois dans la construction. Cette entreprise, joint-venture entre CFE Contracting et BPI Real Estate, est spécialisée dans les projets urbains en bois certifiés C2C.

« Nos buts sont simples, détaille Simon Cols, business developer : arriver à construire plus vite grâce au bois, tout en réduisant les nuisances (bruit, pollution) ainsi que les aléas de chantier lors de la construction. Avec une devise : le bon élément au bon endroit au bon moment. Une construction 100% bois c’est souvent utopique, on utilisera donc du béton (en éléments préfabriqués) ou de l’acier pour des questions de résistance mécanique. »

© Ocusfocus | Dreamstime.com

© Ocusfocus | Dreamstime.com

De nombreuses vertus, mais aussi quelques points d’attention

Une construction en bois participe à la lutte contre le réchauffement climatique : le bois est durable et renouvelable et il permet également de limiter l’effet de serre (les forêts absorbent le CO₂ grâce à la photosynthèse). Mais ce n’est pas tout : s’il est coupé à maturité – un arbre grandit entre 50 et 80 ans, le bois continue d’emmagasiner le CO₂ qu’il avait stocké lors de sa croissance. « Et donc, plus on fait de bâtiments en bois, plus on stocke de CO₂ », ponctue Philippe Courtoy, expert bois chez Wood Shapers. Il est en effet communément admis que le fait de remplacer 1m3 de béton par 1m3 de bois permet d’épargner une tonne de CO₂. 

Le bois a en outre de nombreuses qualités physiques : il régule la température tout au long de l’année (il est 15 fois plus isolant que le béton), il est léger, c’est le matériau circulaire par excellence.  « Par contre, soyons de bon compte, il réagit assez fort à l’humidité et on évite donc, dans les constructions modernes, d’en utiliser à l’extérieur. De manière générale, comme on l’a dit, il s’agit d’utiliser le bois là où il faut, au bon endroit. » 

Question finances, il peut revenir plus cher qu’une ossature béton mais lorsqu’on prend l’économie d’un bâtiment dans sa globalité (taxes carbone, aides d’état, cycle de vie des produits, gains de temps sur le chantier…), on arrive bien souvent à un meilleur bilan à la fois écologique et économique. 

Et la résistance au feu, alors ? Philippe Courtoy : « C’est LA question qui revient le plus souvent lorsqu’on entame un projet en bois. Il faut savoir que la résistance du bois au feu est de 0,7 mm par minute. Autrement dit, dans un incendie, il faut un quart d’heure pour consumer 1 cm de bois. En outre, le bois ne perd pas ses caractéristiques là où il ne brûle pas. Et donc, oui, il faut bien le protéger car il est combustible. Mais, vous savez, dans un incendie, des poutres en acier peuvent s’écraser, même si elles sont incombustibles. » 

Ce matériau riche, chaud et consensuel permet enfin de respecter le patrimoine architectural. On le retrouvera donc logiquement autant dans les bâtiments modernes que dans la rénovation d’un patrimoine bâti.

Partagez cet article :

Tags: , , , , , ,

Leave a Reply