MENU
Looppark luxembourg

Luxembourg : l’économie circulaire, c’est comme les Lego !

Habitare © Xevi Bayona

Espagne : imaginer un foyer… sans maison

06/09/2021 Comments (0) Architecture, Autres, Énergie, Environnement, Immobilier, Mobilité

Berlin : le projet pharaonique de l’ex aéroport Tegel

La capitale allemande se prépare à entamer son plus gros projet urbain depuis la chute du Mur en 1989. Cet énorme projet mixte (logements, bureaux, parc technologique, réserve naturelle) nécessitera entre 20 et 30 ans de travaux. 

L’aéroport de Tegel est désaffecté depuis 2020. Il avait été mis en service en 1948, en pleine guerre froide. Dans toutes les grandes villes, le réaménagement d’un aéroport s’avère un exercice difficile et contesté, car le volume de terrains à bâtir rend les enjeux particulièrement élevés. 

  • Berlin Tegel AIrport © TXL Berlin
    Berlin Tegel AIrport © TXL Berlin
  • Berlin Tegel AIrport © Tegel Projekt Gmbh
    Berlin Tegel AIrport © Tegel Projekt Gmbh

La construction de nouveaux logements est cruciale à Berlin, où la majorité des habitants sont aujourd’hui locataires. Les premiers appels à projet portent d’ailleurs sur la manière dont le site servira la ville, qui est aujourd’hui devenue un mélange de quartiers urbains paisibles, de lieux décalés et nocturnes et de nid de start-ups florissantes. 

Entre 20 et 30 ans de construction

Berlin Tegel AIrport © Lorenz Moneke

Berlin Tegel AIrport © Lorenz Moneke

Le projet prévoit des zones sans voitures, des logements pour plus de 10 000 résidents (ce sera le plus grand quartier de constructions en bois au monde) et des bureaux pouvant accueillir 20 000 employés. Près de la moitié de l’espace sera en outre dévolu à une réserve naturelle. L’ensemble du projet est estimé à 8 milliards d’euros, qui proviendront tant de fonds publics que privés. 

Le site, qui abritera également un parc technologique de pointe, sera construit selon le modèle dit de la «ville éponge». Le but de ce modèle est de retenir l’eau de pluie. Pendant les mois chauds, elle s’évapore et refroidit le quartier, alors qu’en hiver elle s’infiltre lentement dans les eaux souterraines. Cela réduit ainsi les coûts de drainage et soutient la biodiversité. Les matériaux utilisés pour la construction devront bien entendu être respectueux de l’environnement. L’énergie excédentaire du parc technologique servira à chauffer les zones résidentielles. L’eau de pluie sera collectée puis redistribuée pour entretenir la réserve naturelle et les autres espaces paysagers.

La mobilité, inhérente au projet, reposera sur les transports publics — d’abord des bus électriques jusqu’à ce qu’un tramway soit construit après la livraison des premiers logements en 2027 — et des pistes cyclables, y compris des voies rapides. Les voitures privées seront largement interdites dans la zone. 

On le voit, cet ambitieux projet urbain de 211 ha risque encore de subir de nombreuses modifications. 

Partagez cet article :

Tags: , ,

Leave a Reply