MENU
Diamond Exchange © ZJA – Capital C

Amsterdam : un diamant dans le ciel de la ville

© Rafael Gamo - Spacestor

Design des bureaux : lorsque la technologie améliore l’expérience

10/01/2021 Comments (0) Views: 146 Architecture, Autres, Energie, Environnement, Immobilier, Technologie

Construction durable : Budapest prend l’initiative

Le bourgmestre de Budapest est l’un des premiers dirigeants à avoir paraphé la déclaration C40, qui vise à réduire de moitié les émissions de toutes les activités liées à la construction d’ici 2030.

Les autres grandes villes qui se sont engagées dans cette voie, en collaboration avec des entreprises innovantes de premier plan, sont Oslo, San Francisco et Mexico. À travers cette déclaration, les maires des grandes villes entendent bien faire évoluer l’industrie mondiale de la construction vers un avenir plus durable, afin de parvenir à «une vie prospère, résiliente et saine pour tous dans nos villes, en particulier nos communautés les plus vulnérables.»

Selon le réseau C40, qui regroupe les plus grandes agglomérations mondiales, l’industrie de la construction est, dans sa forme actuelle, responsable de 23% des émissions mondiales de gaz à effet de serre, mais également de 30% de la consommation des ressources globales.

Cette Clean Construction Declaration vise à contraindre les grands acteurs du secteur à adopter des pratiques plus durables :
• réduction de moitié d’ici 2030 des émissions sur tous les nouveaux projets de bâtiments, de rénovations et d’infrastructures ;
• utilisation d’engins de construction sans émissions dès 2025 ;
• développement rapide de l’économie circulaire, à tous les niveaux de pouvoir mais également en collaboration avec l’industrie.

La contribution hongroise

Budapest est une ville magnifique et passionnante avec un patrimoine historique et architectural incroyable“, a déclaré Gergely Karácsony, le bourgmestre de Budapest. Ce qui implique malheureusement un grand parc de bâtiments avec des performances énergétiques plutôt médiocres et des émissions élevées, qui ont été aggravées par l’augmentation rapide du trafic au cours des deux dernières années. »

En déclarant l’urgence climatique comme l’une des premières priorités après avoir pris ses fonctions il y a un an, le bourgmestre s’est engagé à prendre des mesures actives pour réduire les émissions dans la ville. Comme les autres signataires, la ville de Budapest s’est notamment engagée à mener, d’ici 2025, un audit énergétique de tout le bâti municipal existant, afin de pouvoir en tirer des conclusions sur les nouvelles pratiques à adopter. Elle entamera également, dès 2023, des projets pilotes qui mettront l’accent sur le cycle de vie des matériaux et leur réutilisation.

Budapest entend bien, également, utiliser son fort pouvoir d’achat auprès des professionnels de la construction pour imposer de nouvelles manières de construire, exiger la transparence et la traçabilité dans les achats et dans les marchés publics. Cela ira de pair avec un nouvel appareil législatif destiné à faciliter les procédures.

Enfin, Budapest entend rapidement évaluer l’impact que des nouvelles règles de construction auront sur la résilience globale de la ville face aux impacts climatiques (augmentation de l’îlot de chaleur urbain, surfaces imperméables augmentant le risque d’inondations, etc.).

C40 est un réseau mondial de grandes villes qui souhaitent mettre en place des mesures politiques et des programmes afin d’aboutir à des réductions notables du gaz à effet de serre et des risques climatiques. Comme l’a déclaré Eric Garcetti, maire de Los Angeles et président du C40, « la crise climatique affecte toutes les facettes de nos vies et tous les secteurs de nos villes. Cela signifie que nous devons changer fondamentalement la façon dont nous alimentons nos quartiers, consommons des ressources naturelles, construisons des bâtiments, faisons la navette, voyageons et administrons nos villes ».

Partagez cet article :

Tags: , , , , , , ,

Leave a Reply