MENU
bus_madrid © Mark Granen Phytokinetic

Des espaces verts sur les toits des bus et...

Un hôtel de luxe à 100 km/h

Un hôtel de luxe à 100 km/h

22/03/2017 Comments (0) Mobilité

Les piétons reviennent en force dans les villes

On les repère moins que les «runners», ces coureurs branchés, mais les marcheurs des villes sont de plus en plus nombreux. À Bruxelles, qu’on aime le piétonnier ou qu’on l’abhorre, la marche est le mode de transport le plus utilisé. Le pourcentage dépasse même les 56 %. Ce qui en fait le premier mode de déplacement, face à la voiture, alors que celle-ci occupe 50 % de l’espace public. Et s’il était temps pour les grandes métropoles d’enfin favoriser les piétons? Focus sur les meilleurs projets urbanistiques en faveur des marcheurs.

À la suite de Genève, en Suisse, et de son «plan piétons» pionnier mis en place dès 1995, de nombreuses métropoles ont mis l’accent sur ce mode de déplacement doux et écologique. Londres, Rotterdam, Vienne et New York essaient depuis quelques années de développer leur attractivité piétonne. Dans le quartier en plein renouveau de Hell’s Kitchen dans le sud-ouest de Manhattan, la ville de New York a, par exemple, ouvert la High Line, un parc linéaire suspendu et aménagé sur une portion désaffectée (2,3 km) des anciennes voies ferrées du Lower West Side. Devenu un lieu de promenade très prisé (5 millions de visiteurs par an), cette coulée verte a permis un essor économique important des quartiers qu’elle traverse, favorisant la construction de dizaines de commerces et de projets immobiliers à proximité du parc suspendu, avec plus 2 milliards de dollars en retombées économiques.

À Sao Paulo, plus grande ville du Brésil avec onze millions d’habitants, le Minhocão – véritable autoroute surplombant le centre-ville (3,5 kilomètres de long) – est devenu chaque week-end le lieu de rencontre de joggeurs du dimanche, de skaters, d’artistes et de jeunes étudiants roucoulants. Depuis 2015, cette langue de bitume est totalement fermée aux voitures. Les citadins reprennent leurs droits sur une ville longtemps défigurée par les infrastructures routières. Comme la High Line à New York, ce «périph» aérien pourrait bientôt être transformé en parc suspendu.

Plans piétons

La France n’est pas en reste. En 2011, Nantes piétonnisait deux places et une douzaine de rues. Montpellier se vante d’avoir accru «de 16 hectares» ses aires piétonnes entre 2011 et 2013, y compris en «décarbonant » des avenues entières. Idem à Nice, où l’avenue Jean-Médecin a été réaménagée en promenade de près d’un kilomètre. Bordeaux propose même, un dimanche par mois, un centre-ville totalement interdit aux voitures. Tandis que la Ville de Paris a voté à l’unanimité, le 30 janvier, la «stratégie piéton» proposée par la maire socialiste Anne Hidalgo. Avec un budget global de 90 millions d’euros, Paris prévoit de créer de nouveaux espaces végétalisés, d’élargir ses trottoirs, de réaménager les terre-pleins centraux des boulevards en parcours de santé,… L’objectif est affiché: réduire encore davantage, après la piétonnisation des voies sur berge, et d’ici à 2020, la place de la voiture dans la capitale. Alors, qui est la «belle endormie» dans l’histoire?

Partagez cet article :

Tags: , , , ,

Leave a Reply