MENU
Tour & Taxis masterplan by Vincent Callebaut

L’incroyable projet de Vincent Callebaut pour Tour & Taxis

Pedestrians returning en masse to cities

Les piétons reviennent en force dans les villes

23/02/2017 Comments (0) Environnement, Mobilité

Des espaces verts sur les toits des bus et des abribus

Les bus polluent, font du bruit et dégagent de la chaleur. Pour rendre la ville plus agréable, la mairie de Madrid vient d’approuver un ambitieux projet pilote. Il s’agit d’installer des espaces verts sur les toits des abribus et des bus, afin d’absorber leur bruit et leur pollution et de diminuer de 3,5 °C en moyenne la température intérieure qui y règne en été.

Le projet, baptisé «Muévete en verde» ou «Déplace-toi en vert» en français, revient à Marc Grañen, un artiste et paysagiste espagnol. Avec des ingénieurs, il a créé un écosystème à part entière, qu’il est possible de fixer sur les toits. Doté d’un système d’irrigation étanche, de substrats et de plantes résistantes au mouvement.

Outre son côté esthétique, ce projet a un objectif environnemental. Les toits végétaux permettront d’absorber la pollution et de réduire le bruit et la chaleur. En été, la température à l’intérieur des bus pourrait baisser de 3 à 4 degrés. Ce qui n’est pas négligeable. Mais surtout, 1 m2 de ces îlots de verdure mouvants peut absorber annuellement 20 kg de CO2.

Lancement du projet cet été

Avec sa société Phytokinetic, Marc Grañén a déjà testé son idée en 2013 sur un autobus du camping Castell Montgrí, situé dans la ville de l’Estartit, une station balnéaire de la Costa Brava. Convaincue par l’aspect écologique de la démarche, la mairie de Madrid lui a donné le feu vert pour expérimenter le projet sur les lignes 27 et 34, les plus utilisées par les Madrilènes. 130 abribus seront aussi exploités cette année, explique La Vanguardia. Chaque «jardin» se verra ainsi formé de mailles métalliques et de matériaux durables, capables de supporter le mouvement sans générer de fuites d’eau.

S’il fait ses preuves, le concept sera ensuite étendu à tout le réseau. Sachant que la société des transports urbains de Madrid, EMT, exploite 1.900 bus, cela fait près de 20.000 mètres carrés de toits à équiper. Soit potentiellement 400 tonnes de CO2 absorbées par an. Sans compter les abribus, qui seront également végétalisés. Pour un coût de 2.500 euros en moyenne.

Partagez cet article :

Tags: , , , ,

Leave a Reply