MENU
Musée du plastique - Madrid ©-Imagen Subliminal

Madrid : un musée du plastique… entièrement en plastique !

© Thula Na

BREEAM : les secrets d’un label

Lille - Villa-Village © Anne de la Baume

11/08/2021 Comments (0) Architecture, Autres, Culture, Immobilier

Lille : 26, Place aux Bleuets. Pour vivre ensemble, dans la ville.

Comment resserrer les liens sociaux en agglomération, en veillant à rassembler les générations, les situations et les parcours ? C’est le pari réussi de la Villa Village. 

Cette imposante bâtisse, située en centre-ville, a été rachetée et rénovée par Anne de la Baume, une Parisienne à la retraite qui est tombée amoureuse de Lille et qui s’était mis en tête d’y réaliser un investissement à valeur humaine ajoutée. Cela a pu se réaliser par la création d’une fondation, qui a pris en charge les frais de rénovation (3 millions d’euros) de cet ancien hôtel particulier. 

La Villa Village accueille des étudiants, des jeunes salariés, des seniors et des personnes en grandes difficultés, qui ont parfois connu la rue. Une belle mixité générationnelle et sociale, donc, et des installations qui favorisent les échanges : buanderie avec machines à laver et séchoirs, cuisine super équipée où chacun peut venir mitonner ses petits plats à toute heure — et même les partager — et salon super confort. L’aménagement intérieur permet à chacun de s’y sentir « comme dans un village », sans pour autant que les locataires se sentent obligés de se voir s’ils ne le souhaitent pas.  

« Etre dans la ville, c’est être dans la vie »

Le tout dans une relative discrétion : ni réseaux sociaux, ni site internet. Les candidats locataires sont tout simplement invités à se rendre sur place et à glisser leur candidature dans la boîte aux lettres. Une gestion « à l’ancienne », donc. 

Lille - Villa-Village © Anne de la Baume

Lille – Villa-Village © Anne de la Baume

La conception est, par contre, totalement moderne et innovante : une partie de la rénovation a fait l’objet d’une intervention architecturale contemporaine, puisqu’une extension de tôle ondulée en miroir permet d’admirer le reflet de l’ancien corps de logis. 

Les loyers sont modestes (15 euros le m2) et les charges (une des originalités de l’initiative) sont entièrement payées par la fondation. Quel que soit leur parcours, la plupart des habitants ont en commun d’avoir connu des situations de mal-logement (insalubrité, la rue, loyer trop onéreux…). Ce sont généralement des associations qui amènent les futurs locataires, qui s’acquitteront dès lors d’un loyer environ 20% moins cher que le marché lillois. Et ne devront pas, comme c’est devenu la règle, fournir de fiche de paie, de garantie de revenus ni de preuve d’une somme bloquée sur un compte. 

Le rêve de la créatrice de ce lieu : que d’autres reprennent l’idée et créent des Villas Villages partout en France. « Plutôt que de faire des bâtiments pour les étudiants et d’autres pour les personnes âgées, croisez-les !”, conseille-t-elle.

Partagez cet article :

Tags: , , , , , ,

Leave a Reply