MENU

Mobilité : rendre les villes plus sûres pour les femmes

Eleonore Morand © Brigitte Bouillot

France : 9e édition du prix des femmes architectes

01/02/2022 Comments (0) Autres, Culture, Environnement

Milan gagne son combat contre le gaspillage alimentaire

Le centre Gallaratese ressemble à n’importe quel autre supermarché italien. Mais les produits qui se trouvent sur les étagères de cet espace, propriété de la municipalité de Milan, ont été offerts par des chaînes de supermarchés et des entreprises privées. Les clients, qui se présentent pour faire leurs courses, ne paient rien.

Milan est la première grande municipalité à appliquer une politique de gestion des déchets alimentaires à l’échelle de la ville, en s’appuyant sur la vaste coopération des organismes publics, des banques alimentaires, des organisations caritatives, des ONG, des universités et des entreprises privées. Trois espaces similaires sont actuellement ouverts, et d’autres devraient voir le jour rapidement. 

  • © City of Milan
  • © Fondazione Milan
  • © Wanted in Milan

Réduire les pertes alimentaires de manière locale

L’école de gestion du Politecnico di Milano a réalisé une étude de faisabilité du modèle et a constaté que les trois centres de traitement du gaspillage alimentaire de la ville récupèrent chacun environ 130 tonnes de nourriture par an, soit 350 kg par jour, ce qui équivaut à 260 000 repas. L’orientation hyperlocale a également été un facteur important dans la politique alimentaire de Milan : l’excès de nourriture doit idéalement être redistribué dans le même quartier, ce qui réduit les émissions de carbone et maximise la fraîcheur des aliments.  

« Le principe de récupérer la nourriture et de la distribuer dans la même zone est un bon modèle, explique Andrea Segrè, professeur de politique agricole à l’université de Bologne. Si vous récupérez de la nourriture à un endroit et que vous avez une association caritative à une trentaine de kilomètres de là, vous devez la transporter, la stocker et la réfrigérer, ce qui coûtera plus cher que ce que vaut la nourriture elle-même. Pour être durable, il faut agir au niveau local. C’est un modèle de proximité. »

Le pacte de politique alimentaire urbaine de Milan est un accord mondial signé par plus de 200 villes comme Gand, São Paulo, Séoul et Melbourne, qui se sont toutes engagées à mettre en œuvre des hubs similaires.

Partagez cet article :

Tags: , , , , ,

Leave a Reply